CAN 2022 : le football africain à l'épreuve d'Omicron

Avec trois ans de retard, la 33e Coupe d'Afrique des Nations (CAN) pose enfin ses valises au Cameroun, pays accro au ballon rond. Mais le variant Omicron et la quatrième vague de Covid-19 risquent de perturber la compétition.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
CAN 2022 : le football africain à l'épreuve d'Omicron

Elle aura enfin lieu. Après un premier report en 2019, car les installations n'étaient pas prêtes, et un nouveau décalage causé par la pandémie de Covid-19, la Coupe d'Afrique des nations commence ce dimanche au Cameroun. Un événement qui déclenche les passions de Casablanca à Yaoundé mais aussi dans le monde entier pour ses stars comme Riyad Mahrez, Sebastien Haller ou Achraf Hakimi. Mais alors que le variant Omicron continue sa course folle en Afrique, cette compétition représente un énorme défi sanitaire pour les autorités camerounaises. 

Dans un Cameroun où les habitants se protègent peu, les règles draconiennes imposées par la Confédération africaine de football (CAF ) risquent de dissuader les supporters de venir massivement au stade. Il faudra notamment cumuler un cycle complet de vaccination et un test PCR négatif de moins de 72 heures ou antigénique de 24 heures pour assister à un match de la CAN  Résultat, de nombreux Camerounais dépassent leurs réticences et acceptent de se faire vacciner

"Il y a clairement un effet CAN. Nous sommes passés de 10 personnes par jour à plus de 100 depuis lundi. Cela augmente de manière exponentielle", explique le docteur Lucien Mama, coordinateur du site de vaccination du Palais des sports de Yaoundé, la capitale. Mais pour l'heure, seulement 6% de la population âgée de plus de 18 ans est doublement vaccinée.

La chasse aux faux tests est ouverte

Mais l'inquiétude plane sur le pays de Samuel Eto'o, depuis que les faux tests de dépistage du Covid-19 prolifèrent dans les quatre coins du pays. Conscient de cette situation, le président de la CAF, Patrice Motsepe, a assuré que son organisation "traitait ces problèmes"

"Certains spectateurs pensent avoir recours aux faux certificats de vaccination pour accéder au stade mais le dispositif avec le passe sanitaire et le QR Code est suffisamment robuste pour l'éviter", assure le professeur Yap Boum, épidémiologiste et responsable d'un centre de recherche Epicentre de Médecins Sans Frontière à Yaoundé. A ce stade, le Cameroun recense près de 110.000 contaminations, dont 1.851 décès depuis le début de la pandémie. 

Un article à retrouver sur : Allo Docteurs Africa