Retrouvée morte dans le jardin de l'hôpital

Une patiente de 90 ans a été retrouvée morte de froid, vendredi 18 janvier 2013, dans le jardin de l’hôpital parisien Sainte-Périne. La nonagénaire aurait échappé à la vigilance du personnel. "Choqués et en colère", les soignants dénoncent le manque d'effectifs.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Entretien avec Yann Slécher, dirigeant de l'Union syndicale CGT-Assistance publique, ancien infirmier de l'hôpital Sainte-Périne à Paris

Recroquevillée sur elle-même, une patiente de 90 ans a été retrouvée inanimée dans le jardin de l'hôpital Sainte-Périne, dans le XVIe arrondissement de Paris. Victime du froid, la nonagénaire n'a pas survécu à la nuit hivernale.

Jeudi soir, le 17 janvier 2013, les soignants ont constaté l'absence de cette résidente atteinte de la maladie d'Alzheimer. Des recherches ont alors été lancées dans l'enceinte de l’établissement. Mais ce n'est que 14 heures plus tard, vendredi à 12h30, que la patiente a été retrouvée morte dans le jardin de l'hôpital. Elle y aurait passé la nuit, pieds nus, en chemise de nuit par - 6 °C.

Un manque d'effectifs

Face au drame, les membres du personnel se disent "choqués et en colère", ils dénoncent un manque d'effectifs quotidien. Yann Slécher, aujourd'hui dirigeant de l'Union syndicale CGT-Assistance publique est un ancien infirmier de l'hôpital Sainte-Périne, n'est pas étonné par la survenue d'un tel accident : "Je ne suis pas surpris. Le personnel n'a pas cessé d’alerter. Lorsque l'on est deux dans un service de nuit pour soigner 29 patients dépendants et polypathologiques, donc qui réclament des soins à tout instant de la nuit, on ne peut pas avoir une vigilance continue sur chaque malade."

Une enquête interne a été ouverte par la directrice de l'Assistance publique des hôpitaux de Paris (AP-HP) : "pour identifier les événements qui ont conduit à ce drame et identifier dans les meilleurs délais les dispositions à mettre en oeuvre pour renforcer la sécurité des patients". La famille de la victime a annoncé qu'elle porterait plainte contre l'hôpital Sainte-Périne.

Les pathologies de la vieillesse délaissées par les soignants

Mais l'hôpital de Sainte-Périne n'est pas un cas isolé : "Cela reflète la situation du personnel dans les autres hôpitaux. On sait parfaitement que la gériatrie est le parent pauvre de la médecine aujourd'hui. Travailler auprès des personnes âgées dépendantes est un travail lourd, compliqué, difficile à la fois physiquement et psychiquement, donc peu de professionnels jeunes sont intéressés par ce domaine. Ces pathologies de la vieillesse sont parfois délaissées par les soignants malheureusement", conclue Yann Slécher.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Dans les médias :