Pilules de 3e et 4e génération : 60 nouvelles plaintes déposées

Pilules de 3e et 4e génération : 60 nouvelles plaintes déposées

Une soixantaine de nouvelles plaintes de victimes de pilules de 3e et 4e génération seront déposées ce mardi 12 février 2013, au pôle santé publique du tribunal de grande instance de Paris, ont annoncé leurs avocats, Mes Jean-Christophe Coubris et Philippe Courtois, dans un communiqué.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Une enquête préliminaire a été ouverte après une première plainte déposée en décembre 2012 par Marion Larat, handicapée à 65% depuis un AVC, qui vise le laboratoire Bayer et le directeur général de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

Cette soixantaine de plaintes provient de victimes de pilules de 3e et 4e génération, mais également du traitement anti-acnéique Diane 35®, largement utilisé comme contraceptif et suspendu fin janvier 2013 par l'Agence française du médicament (ANSM), ont précisé les avocats.

Diane 35® et ses génériques ont été suspendus fin janvier 2013 par l'ANSM "pour la sécurité des patientes", en raison de risques associés de formation de caillots sanguins et de son usage détourné "non conforme" comme pilule contraceptive.

"Nous avons été destinataires de plus de 650 témoignages de victimes de ces pilules ; la plupart après avoir réuni leur dossier médical entend déposer plainte à leur tour", ont indiqué les deux avocats.

"Nous souhaitons, par cette démarche obtenir une réaction de l'agence du médicament et du gouvernement, de sorte à ce que, comme pour Diane 35®, la commercialisation des pilules 3e et 4e génération soit suspendue", ajoutent-ils.

Me Coubris avait annoncé récemment qu'il entendait déposer d'ici au mois de février 2013 une centaine de nouvelles plaintes, la plupart venant de femmes âgées de 16 à 35 ans.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :