Hibernatus au bloc opératoire - Image extraite du film Hibernatus, avec Louis de Funès
Hibernatus au bloc opératoire - Image extraite du film Hibernatus, avec Louis de Funès

Hibernatus au bloc opératoire

Refroidir le corps des blessés graves à 10°C pour leur sauver la vie... Voici un technique innovante qui permettrait aux chirurgiens de gagner de précieuses minutes pour opérer leurs patients.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Refroidir des corps pour sauver des vies... la cryogénie serait-elle sur le point de basculer du mythe à la réalité ? Des chercheurs de l'Université d'Arizona, aux Etats-Unis, ont développé une technique impressionnante qui consiste à refroidir le corps de blessés par balles ou par arme blanche pour offrir plus de temps aux médecins d'opérer.

Pour ces victimes qui perdent beaucoup de sang, les techniques traditionnelles de réanimation sont souvent inefficaces, les chances de survie étant estimées à 10%. Afin d'augmenter ce pourcentage, les chercheurs entendent refroidir le corps du patient à 10°C.

Le procédé employé consiste à remplacer le sang par une solution saline froide, injectée par une canule placée dans l'aorte. Une fois la température abaissée, l'activité cellulaire est ralentie et ainsi les besoins en oxygène diminuent. Ce qui permet aux tissus de se dégrader moins rapidement, même en l'absence de circulation sanguine. Les chirurgiens disposent alors de deux heures pour réparer les dégâts subis par le patient.

Le principe de refroidissement du corps est connu depuis longtemps. Il est couramment utilisé chez les adultes dans les services de réanimation (réanimation cardio-pulmonaire suite à un arrêt respiratoire), ainsi que pour les nourrissons souffrant d'hypoxie qui sont alors placés sous couverture hypothermique, maintenant leur organisme à 33,5℃. Toutefois, elle est compliquée. La difficulté n'étant pas tant d'abaisser la température du corps que de la faire remonter progressivement sans engendrer de lésions.

Pour le moment, la technique développée par les chercheurs de l'Université d'Arizona a été testée avec succès sur 2.000 cochons. Elle devrait bientôt passer à l'étape des essais humains, au centre de médecine de l'Université de Pittsburgh, puisque la Food and Drug Administration (FDA) a donné son autorisation. Les personnes qui ne désirent pas que cette technique soit appliquée sur leur corps peuvent déjà en informer l'hôpital.

Sources :
- Gunshot victims to be suspended between life and death, Helen Thomson, New Scientist, 26 March 2014.
Learning and memory is preserved after induced asanguineous hyperkalemic hypothermic arrest in a swine model of traumatic exsanguination. Peter Rhee et coll. Surgery. Fev 2002.

- Does the rate of rewarming from profound hypothermic arrest influence the outcome in a swine model of lethal hemorrhage ? Alam HB et al. Janv 2006.