Fin des vignettes sur les boîtes de médicaments

Les prix et les conditions de prise en charge par l'Assurance-maladie ne figureront plus sur les boîtes de médicaments remboursables, à partir du 1er juillet 2014. Ces données seront disponibles sur un site gouvernemental et inscrites au verso de l'ordonnance. Si le dispositif améliore l'accès à l'information des patients, il ne réjouit pas les pharmaciens.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Jugées comme source de complications administratives et techniques par les autorités gouvernementales, les vignettes mentionnant le prix et le taux de prise en charge par l'Assurance-maladies ne figureront plus sur les boîtes de médicaments remboursables. Cette décision, prise à la fin de l'année 2012, prendra effet dès le 1er juillet 2014. Une date à laquelle les fabricants de médicaments remboursables cesseront d'apposer des vignettes sur les conditionnements.

Un meilleur accès à l'information du médicament

Cette mesure a pour objectif d'améliorer l'accès à l'information des patients. "Ces données seront disponibles sur un catalogue papier ou numérique mis à disposition des patients dans les pharmacies et sur un site Internet", indique Magali Leo, chargée de mission au CISS. "Lorsque le patient achète ses médicaments, il pourra consulter le prix et les conditions de remboursement inscrits au verso de l'ordonnance", continue-t-elle. Jusqu'à présent, les patients n'avaient connaissance du prix et du taux de prise en charge des médicaments remboursables qu'au moment de l'achat.

La disparition de la vignette des boîtes de médicaments n'entrave en rien la traçabilité des médicaments. "Tous les médicaments disposent désormais d'un code de traçabilité", le "Datamatrix", qui remplace le traditionnel code barre, seul moyen jusqu'à présent d'identifier un médicament. Et la transmission des feuilles de soins à l'Assurance-maladie est maintenant entièrement informatisée", explique le site gouvernemental d'information sur les médicaments Medicaments.gouv.fr.

Les pharmaciens ne se réjouissent pas de la mesure

Quant aux pharmacies, elles voient cette mesure sous un bon œil pour les patients. C'est "plutôt une bonne idée", en particulier pour le patient qui devra "changer ses habitudes" mais "aura éventuellement plus d'informations" grâce à la base des données publique du médicament, relève la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF).

Toutefois, cette numérisation ne réjouit pas vraiment les pharmaciens. "Le transfert des informations mentionnées sur les vignettes vont engendrer des frais pour les pharmacies. Il faudra compter 550 millions d'impressions à ajouter aux ordonnances, à la charge des officines", regrette Philippe Besset, vice-président de la FSPF. Ajoutant que "les personnes qui fréquentent majoritairement les officines sont des personnes âgées souffrant de maladies chroniques", qui auront peut-être du mal à s'adapter à ce nouveau système d'information et bien du mal à changer leurs habitudes.

VOIR AUSSI :

Les différentes étapes de vie d'un médicament avant sa distribution :

  1. Le laboratoire est le lieu de naissance du médicament. Des scientifiques font des recherches et le soumettent à des essais cliniques.
  2. Une demande d'autorisation de mise sur le marché est émise auprès de l'Agence national de sécurité du médicament (Ansm) pour évaluer le rapport bénéfice/rique du médicament.
  3. Son prix et son taux de remboursement est alors fixé par des organismes gouvernementaux (CEPS, UNCAM, Ministère de la Santé).
  4. Le médicament est distribué aux officines, aux pharmacies hospitalières et aux sites internet proposant la vente en ligne de médicaments.