En Grèce, le retour du chauffage au bois pollue l'atmosphère

En Grèce, le retour du chauffage au bois pollue l'atmosphère

En Grèce, la crise oblige à se chauffer au bois, moins cher que le fioul. Problème : le chauffage au bois est une source importante de polluants dans l'atmosphère. A Athènes, la pollution atmosphérique a ainsi fortement augmenté ces derniers jours, atteignant des niveaux inquiétants pour la santé des plus fragiles.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Alors que le niveau d'urgence est établi à 50 mg/m3, la concentration des particules atmosphériques ces deux derniers jours a atteint 150 mg/m3, surtout dans la banlieue nord et ouest d'Athènes, selon le ministère de l'Environnement.

Cette pollution est redevenue visible, comme le "néfos" qui a fait pendant des années suffoquer la capitale grecque, entourée de montagnes, avant une modernisation de son parc automobile et de ses transports en commun.

"La brume qui apparaît surtout le soir est composée de particules polluantes et dangereuses qui provoquent de problèmes respiratoires", a indiqué à l'AFP Evangélos Gerassopoulos, directeur de l'Institut de l'Environnement de l'Observatoire d'Athènes.

Monoxyde de carbone (CO), particules fines (PM2,5), composés organiques volatils (COV), oxydes d'azote (NOx) et hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), sont autant de polluants atmosphériques issus de la fumée dégagée par la combustion du bois. Ils peuvent avoir des effets néfastes sur la santé lorsque leur concentration dans l'air est trop élevée : maux de tête, nausées, irritation des yeux et des voies respiratoires, aggravation des maladies cardiorespiratoires…

Les jeunes enfants, les personnes âgées et celles qui souffrent d'asthme, d'emphysème ou de problèmes cardiaques sont les plus sensibles à la pollution de l'air.

L'observatoire d'Athènes effectuera "une analyse détaillée du 10 janvier au 10 février 2013 sur la substance du nuage, qui outre du dioxyde de soufre ou du monoxyde de carbone, pourrait contenir des hydrocarbures aromatiques cancérogènes", selon M. Gerassopoulos.

Une étude de l'université de Salonique, deuxième ville grecque dans le Nord, a également prévenu d'une hausse de la pollution atmosphérique dans la ville du fait du chauffage au bois.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Et aussi :