Don et greffe d'organes

Ch@t du 20 juin 2013 de 15h à 16h : le Dr Julien Charpentier, médecin-réanimateur, coordinateur de prélèvements d'organes à l'hôpital Cochin et le Dr Bernard Cléro, Agence de biomédecine ont répondu à vos questions.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
Don et greffe d'organes

En savoir plus

Aujourd’hui, le prélèvement est possible à tous les âges. Pour les mineurs, l’autorisation des parents ou des tuteurs légaux est indispensable au don. En 2010, 3,8 % des donneurs avaient moins de 17 ans, 33,2 % de 18 à 49 ans, 32,1 % de 50 à 64 ans et 26,6 % plus de 65 ans.

Aucun état de santé n’est un obstacle à priori et le prélèvement peut être envisagé même sur certains donneurs sous traitement médical, ou qui ont des antécédents médicaux lourds. Les médecins sont seuls juges, au cas par cas, de l’opportunité du prélèvement. Pour être donneur, la démarche officielle consiste à dire clairement à votre famille qu’en cas de décès vous souhaitez donner tout ou partie de vos organes.

Vous pouvez choisir de porter sur vous une carte de donneur, mais il faut savoir qu’elle ne remplace pas l’échange avec les proches : carte ou non, les médecins interrogent toujours la famille ou la personne qui partageait la vie du défunt pour vérifier qu’il n’était pas opposé au don, conformément à la loi. Par ailleurs, les cartes de donneur sont rarement retrouvées sur les corps des défunts.

Si vous décédez brusquement dans des conditions qui permettent le prélèvement d’organes, si vous étiez opposé au don de vos organes et que vous vous étiez inscrit au registre national des refus, cette mention a une valeur légale, le prélèvement n’est pas envisagé. Dans tous les autres cas, la consultation des proches est obligatoire avant d’envisager tout prélèvement.

Le don d’organes n’est possible que dans les cas de décès bien particuliers, souvent consécutif à des traumatismes crâniens ou à des accidents cardio-vasculaires. Ils représentent à l’heure actuelle moins de 1 % des décès à l’hôpital. Il est donc rare, c’est pour cela que chaque possibilité est précieuse. Pour sauver le plus de vies possible, il est important d’y réfléchir et de dire clairement son  souhait à sa famille.

Sur Allodocteurs.fr :

 

Ailleurs sur le web :