Chirurgie digestive : une première mondiale à Marseille

Le 15 janvier 2014, l'équipe de gastro-entérologie de l'hôpital Nord de Marseille a réalisé une première mondiale : une opération de dérivation de l'estomac dans l'intestin grêle par chirurgie endoscopique. Mais l'exploit tient surtout au fait que l'équipe du professeur Marc Barthet n'a réalisé aucune ouverture de la peau. Les chirurgiens ne sont passés que par les voies naturelles. Explications.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
Dérivation de l'estomac dans l'intestin grêle par chirurgie endoscopique
Dérivation de l'estomac dans l'intestin grêle par chirurgie endoscopique
La prothèse en forme de diabolo a maintenu collé l'un à l'autre les parois de l'intestin et de l'estomac.
La prothèse en forme de diabolo a maintenu collé l'un à l'autre les parois de l'intestin et de l'estomac.

En cas d'obstruction intestinale, le pancréas se met à gonfler poussant sur les intestins jusqu'à obstruer le passage et créer sur les parois des varices. Impossible alors de manger. Quant à une opération chirurgicale, elle pourrait être fatale au patient en raison du risque d'hémorragie interne.

Il a donc fallu imaginer une autre solution, sans ouvrir le patient. Le Pr Barthet est un expert de l'endoscopie. Il a fait passer son appareil par la bouche du patient en direction de l'estomac. Son idée : perforer l'organe pour récupérer un bout d'intestin. Il crée ainsi une nouvelle voie court-circuitant la zone malade.

Pour réussir ce défi, le professeur et son équipe se sont entraînés sur des cochons pendant deux ans jusqu'à maîtriser la technique. Mais il fallait aussi résoudre un autre problème : comment suturer l'estomac à l'intestin ? Avec des fils ? Pas très concluant. Les fils ne tiennent pas très bien et les risques de lâchage et de fistule sont encore plus élevés que pour la chirurgie conventionnelle.

L'équipe a finalement imaginé une prothèse en forme de diabolo qui a maintenu collé l'un à l'autre les parois de l'intestin et de l'estomac. La nature a fait le reste.

Les chirurgiens ont ensuite retiré la prothèse que le patient a portée plus d'un mois. Un moment unique pour le professeur qui a pu ainsi vérifier la réussite de la dérivation de l'estomac dans l'intestin grêle, en passant uniquement par la bouche.

Cet exploit offre une alternative aux patients qui souffrent d'occlusion intestinale. Une étude clinique est en projet à Marseille.