A Falciano Del Massico, prière de rester en vie

A Falciano Del Massico, prière de rester en vie

Mourir, ici et maintenant ? N'y pensez même pas. Bienvenue à Falciano Del Massico, village italien où il est interdit de rendre l'âme. Pour une raison tout à fait recevable : l'absence de cimetière.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

C'est écrit noir sur blanc, dans l'arrêté pris début mars 2012 par le maire de ce village de la région de Naples : "Il est interdit, dans la mesure du possible, aux citoyens résidents ou même de passage, de quitter la terre ferme pour l'au-delà." Voilà qui est clair.

Une solution pragmatique, pour une situation problématique : à Falciano, il n' y a pas de cimetière. Un problème qui persiste depuis 1964, date à laquelle le village s'est séparé de la commune voisine Carinola et est devenu autonome. Une erreur stratégique minime a en effet été commise par la personne chargée de la séparation territoriale des deux communes : elle n'a pas jugé utile de céder un morceau du cimetière au nouveau village.

Depuis plus de cinquante ans, les habitants de Falciano qui passant de vie à trépas ont donc été contraints de prendre leur dernière demeure à Carinola.

Les autorités de Carinola ont récemment pris la décision d'entamer des travaux d'agrandissement du cimetière, presque à saturation. Mais face à la lenteur des travaux et du manque de communication entre les deux communes, le maire de Falciano a décidé de construire son propre cimetière.

Et en attendant, les "falcianesi" sont priés d'avoir le bon goût de rester en vie. Se sont-ils offusqués de cette autorité, peut-être mal placée ? Pas le moins du monde, d'après Giulio Cesare Fava, maire et cardiologue de son état, doublement habilité à interdire aux cœurs de lâcher.

"Les gens sont contents. Certains disent même que tous les problèmes ont été résolus par un seul acte administratif… Cependant, deux personnes âgées ont déjà désobéi", a déclaré le maire, qui ne manque décidément pas d'humour, au quotidien Il Messagero. L'article ne dit pas si les deux hors-la-loi ont du s'acquitter d'une amende.