1. / Alimentation
  2. / Aliments
  3. / Sucre, stevia, aspartame…

Peut-on être dépendant au goût sucré ?

Il paraît que nous n'avons aucun besoin de sucre. Pourquoi est-on dépendant du goût sucré ? Le sucre agit-il sur le moral ?

Rédigé le , mis à jour le

Peut-on être dépendant au goût sucré ?

Les réponses avec le Dr Annie Lacuisse-Chabot, nutritionniste et endocrinologue, et Mélanie Mercier, diététicienne :

"On peut tout de même manger un peu de sucre. Concernant la dépendance au goût sucré, c'est complexe parce que dans le langage commun, on dit que l'on est dépendant au sucre alors qu'en fait, pharmacologiquement, il n'existe pas de dépendance au goût sucré. Une personne qui prétend être dépendante au goût sucré, cela signifie qu'elle mange trop de sucre.

 "Le sucre agit transitoirement sur le moral, il y a une forme de coup de fouet. La personne a une petite baisse de moral ou une petite baisse d'énergie physique, elle va manger du sucre, cela va permettre de sécréter de l'insuline, cela stimule un peu le cerveau et pendant cinq à dix minutes, la personne va se sentir mieux. Mais 45 minutes, une heure plus tard, elle va se sentir comme avant."

"Le sucre lent, c'est notre carburant. On a vraiment besoin du sucre, des glucides complexes. Quand on a une envie de sucre due à une petite baisse de glycémie, on a besoin de ce sucre. Mais le sucre appelle le sucre. Plus on va manger sucré, plus la glycémie va remonter puis va redescendre. Il faut faire attention à ce phénomène parce que plus on mange sucré, plus on aura envie de manger sucré.

 "La problématique intervient quand il y a de la pathologie. Si par exemple il y a du diabète, l'insuline ne va pas bien fonctionner donc on va entrer dans la recherche du goût sucré. Les hommes, à un moment donné, ont envie de sucre, ils mangent ce dont ils ont envie et après ils n'ont plus envie de sucre. Et cela ne va pas du tout entraîner ce cercle vicieux. Les hommes ont probablement un goût plus neutre, ils n'ont pas d'oestrogènes… Il faut donc savoir si la personne est âgée ou pas, si c'est un enfant ou un adolescent à qui ses parents ont donné le goût sucré… on est alors dans des cas de figure différents. Face à cette situation il faut donc poser des questions pour savoir dans quel cadre on est car on ne va pas s'y prendre de la même manière selon les cas."