Sidaction 2013 : la générosité des Français au rendez-vous

Ce week-end, les Français ont fait 5,1 millions d'euros de promesses de dons à l'occasion du Sidaction. Les dons peuvent encore être effectués jusqu'au 18 avril, en appelant le 110.

Rédigé le , mis à jour le

Entretien avec le Dr Constance Delaugerre, présidente du comité scientifique et médical de l'association Sidaction

Cette année, les Français se sont particulièrement mobilisés pour lutter contre le sida. A l'occasion du Sidaction, les promesses de dons ont atteint 5,1 millions d'euros, soit une hausse de 25% par rapport à l'édition 2012. Les organisateurs se disent "heureux de constater qu'après une année 2012 difficile, […], les Français sont (encore) attachés à la lutte contre le sida".

Une vingtaine de chaînes de télévision et plusieurs radios nationales relayent l'information du Sidaction pour sensibiliser un plus grand nombre de personnes.

Depuis sa création, en 1994, le Sidaction partage les fonds collectés. La moitié est consacrée aux programmes scientifiques et médicaux, l'autre aux programmes de prévention et d'aide aux malades.

La route vers la guérison reste longue

"Il ne faut pas crier victoire trop vite", tel est le slogan de l'édition 2013 du Sidaction. Malgré les avancées en matière de traitements, notamment les multithérapies, l'infection par le VIH ne peut être guérie. Elle reste chronique et nécessite la prise de médicaments à vie. En France, sur 150.000 porteurs du VIH, 15.000 à 30.000 personnes ne le savent pas et 6.100 personnes ont appris leur séropositivité en 2011, selon des données de l'Institut de veille sanitaire (InVS).

Par ailleurs, ce traitement reste encore inaccessible dans de nombreux pays, en grande partie sur le continent africain. Selon l'Onusida, l'Afrique subsaharienne représente, dans le monde, à elle seule 69% des personnes vivant avec le VIH.  

Maintien des fonds publics pour la recherche

La ministre de la Recherche, Geneviève Fioraso, s'est engagée à maintenir les fonds publics consacrés à la recherche sur le sida, soit une somme de 41 millions d'euros.

La France, "qui occupe le 2ème rang scientifique mondial en matière de recherche sur le virus du sida, continuera à jouer pleinement son rôle, en soutenant tous les aspects de la recherche sur le VIH, en particulier sur les vaccins ainsi que les essais sur la prévention par les antirétroviraux", a déclaré la ministre.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Ailleurs sur le web :