Recherche sur l'embryon : ce qui va changer

La recherche sur l'embryon est désormais autorisée en France. La proposition de loi a été adoptée à l'Assemblée nationale par 314 voix contre 223. Désormais, la recherche sur l'embryon et les cellules souches passe d'un régime dérogatoire à une autorisation encadrée. Qu'est-ce que cette nouvelle loi va changer pour les équipes de recherche ? Explications.

Rédigé le

Reportage de Céline Morel et Morgane Belloir

Désormais les scientifiques ont le droit d'utiliser les cellules souches embryonnaires dans le cadre de leurs recherches. Une décision attendue depuis longtemps par le monde médical mais appréhendée par ses opposants qui redoutent notamment des abus. Des craintes infondées selon le Pr Jérôme Larghero, chef du département de biothérapie cellulaire et tissulaire à l'hôpital Saint-Louis à Paris : "Cette décision change quelque chose sur le plan réglementaire car on passe d'un régime dérogatoire à un régime d'autorisation encadrée. Le terme "encadrée" est d'ailleurs extrêmement important car on ne peut pas imaginer que demain, des milliers de chercheurs se mettent à réaliser des recherches sur les cellules souches embryonnaires. On reste dans un système d'autorisation par l'Agence de biomédecine, d'autorisation délivrée sur dossier et donc sur projet pour les équipes de recherche qui souhaitent réaliser des recherches sur les cellules souches embryonnaires".

Dans les faits, la recherche sur les cellules souches embryonnaires est déjà largement répandue. Depuis 2005, l'Agence de biomédecine a déjà autorisé 70 projets de recherche sur ces cellules souches. Des cellules dont le potentiel médical serait exceptionnel comme le confirme le Pr Jérôme Larghero : "À partir de cellules souches embryonnaires, il est possible selon des protocoles particuliers, d'obtenir des cellules du foie, des cellules du cœur, des cellules du cerveau, des cellules du pancréas… Nous pouvons obtenir de cette manière des cellules constitutrices de tous les organes et de tous les tissus". Selon lui, ces recherches présentent un "intérêt potentiel pour le traitement de beaucoup de maladies, des maladies cardiaques, des maladies dégénératives, des maladies de l'œil…".

La fabrication d'embryons spécialement conçus pour la recherche reste interdite en France. Les cellules souches proviennent exclusivement du stock des embryons congelés dans le cadre de la procréation médicalement assistée, avec l'accord écrit du couple concerné.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :