Outre-mer : sodas et produits laitiers plus sucrés qu'en métropole, c'est fini

Les sodas et les yaourts vendus outre-mer sont jusqu'à 50% plus sucrés qu'en métropole. Or le taux d'obésité est beaucoup plus élevé dans les départements d'outre-mer qu'en France métropolitaine. Pour palier cette différence de traitement et résorber ce problème de santé publique, l'Assemblée nationale a décidé mercredi 27 mars 2013, en première lecture, un alignement des taux de sucre ajouté dans les produits vendus outre-mer et en métropole.

Rédigé le , mis à jour le

Entretien avec Hélène Vainqueur-Christophe, députée PS de Guadeloupe

L'adoption de cette proposition de loi socialiste "visant à garantir la qualité de l'offre alimentaire en outre-mer" met ainsi fin à "une inégalité flagrante entre les consommateurs d'outre-mer et ceux de la France hexagonale", selon les termes employés par Hélène Vainqueur-Christophe, députée de Guadeloupe et rapporteure du texte.

Elle a cité deux exemples frappants : le taux de sucre ajouté dans un yaourt vendu outre-mer est supérieur d'environ 20% à celui d'un yaourt vendu en métropole. Ou encore, le taux de sucre, dans un soda, est entre 44 à 48% plus élevé outre-mer.

Cette surconsommation de sucre a engendré, outre-mer, une épidémie d'obésité elle aussi supérieure à celle qui affecte la métropole. Ainsi le rapport fait état de deux études selon lesquelles plus d'un adulte sur deux serait, outre-mer, en surpoids (contre 32% en métropole) avec une prévalence de l'obésité à hauteur de 23% outre-mer (contre 16,9% en métropole). Pour les enfants, les chiffres sont pires: 9% d'obèses outre-mer contre 3,5% en métropole.

"Cela devrait faire consensus : c'est un vrai problème de santé publique avec l'obésité et toutes les pathologies associées, et un vrai souci d'inégalité entre consommateurs", avait souligné Hélène Vainqueur-Christophe, avant l'adoption du texte.

Ce texte avait été défendu en octobre 2011 par l'actuel ministre de l'Outre-mer, Victorin Lurel, alors député de Guadeloupe, et avait été repoussé de justesse à l'Assemblée par 199 voix contre 190. La réinscription du texte au Parlement était une des promesses de campagne de François Hollande .

Les partis de la majorité ainsi que les centristes de l'UDI ont voté pour tandis que l'UMP s'est abstenue, arguant du fait qu'elle préférait attendre une grande loi de santé publique.

Le texte entrera en vigueur six mois après la promulgation de la loi, permettant ainsi aux distributeurs d'écouler les stocks existants. Il concerne essentiellement les produits laitiers et les boissons, dont les sodas.

La loi s'appliquera dans les départements d'outre-mer (Guyane, Guadeloupe, Martinique, La Réunion, Mayotte), ainsi que dans les collectivités de Saint-Barthélémy, Saint-Martin et Saint-Pierre-et-Miquelon. La Polynésie Française, la Nouvelle Calédonie et Wallis-et-Futuna ne sont pas mentionnés car ils ont leurs compétences propres en matière de santé. Libres à ces collectivités de se saisir de la future loi.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Et aussi :