Mars 500 : une expérience coup de barre

Le futur long courrier à destination de Mars ne sera pas de tout repos. Les astronautes devront faire face à des dérèglements du sommeil, selon des recherches effectuées dans le cadre de l'expérience "Mars 500". Une mission simulée de 520 jours, en Russie, conduite de juin 2010 à novembre 2011, en collaboration avec l'Agence spatiale européenne (ESA).

Rédigé le

Mars 500 : une expérience coup de barre

Entretien avec Romain Charles, l'un des six astronautes participant à la mission "Mars 500"
Interview du 14 décembre 2011

Un sommeil perturbé pour des astronautes en quête d'apesanteur. "Il s'agit de la première recherche pour comprendre le rôle clé joué par les cycles du sommeil et d'éveil lors de longues missions spatiales", explique le Dr David Dinges, professeur de psychiatrie et chef du département du sommeil à la faculté de médecine de l'Université de Pennsylvanie (Etats-Unis).

L'expérience Mars 500, à laquelle participaient six volontaires, dont le Français Romain Charles (voir vidéo), simulait dans une capsule un vol aller vers la planète rouge de 250 jours, un séjour sur Mars de 30 jours et un voyage retour de 240 jours.

La longue expédition dans l'espace a déséquilibré leur horloge biologique interne en rallongeant considérablement leur temps de sommeil et de repos. Cette désynchronisation du rythme circadien, cycle naturel de 24 heures, s'est exprimée par un comportement sédentaire de la part des membres.

L'expérience a permis de mesurer les effets physiologiques et psychologiques de cet isolement spatial. Et ainsi, d'évaluer le degré de fatigue, de stress et de tensions avec les autres membres du groupe.

Il est nécessaire de "maintenir artificiellement durant un long périple d'exploration spatiale le rythme circadien naturel tel qu'on le connaît sur la Terre pour assurer une quantité et une qualité suffisantes de sommeil permettant une activité optimale une fois réveillé", souligne le Dr Mathias Basner de la faculté de médecine de l'Université de Pennsylvanie, co-auteur de cette étude. Une nourriture adaptée et de l'exercice physique sont préconisés pour maintenir une bonne santé physique et mentale des astronautes.

Une autre expérience, à partir de 2015, où deux astronautes, un Américain et un Russe, resteront un an dans l'ISS (station spatiale internationale) pour étudier les effets de séjours prolongés dans l'espace sur l'organisme.

En savoir plus