Le cerveau au repos pour récupérer plus vite d'une commotion cérébrale

Une chute, un coup sur le crâne, un accident d'auto qui vous fait perdre conscience : c'est la commotion cérébrale. Pour récupérer au plus vite de cet épisode, il convient de mettre son intellect au repos le plus strict, ainsi que le démontre une étude publiée le 6 janvier 2014 sur le site de la revue Pediatrics.

Rédigé le

Le cerveau au repos pour récupérer plus vite d'une commotion cérébrale
Le cerveau au repos pour récupérer plus vite d'une commotion cérébrale

L'onde de choc s'est propagée à l'intérieur de votre cerveau, et vous a littéralement assommé. Même si vous vous êtes rapidement réveillé, il convient de vous faire accompagner aux Urgences, un hématome ou un œdème cérébral pouvant résulter du choc.

Ces dangers écartés, un ensemble de symptômes peuvent toutefois survenir dans les semaines ou les mois qui suivent la commotion cérébrale : sensibilité auditive, problèmes de concentration, une irritabilité, anxiété, fatigue... Il s'agit du syndrome post-commotionnel. Celui-ci disparaît de lui-même au terme d'une durée variant de quelques jours... à plusieurs mois.

Des médecins étasuniens, spécialisés en médecine du sport, se sont intéressés aux conditions qui favorisaient la disparition du syndrome post-commotionnel. Durant deux ans, ils ont interrogé un peu plus de trois cent patients âgés de 8 à 23 ans sur la nature et l'intensité de leur "activité cognitive" (c'est-à-dire toute forme d'activité sollicitant le cerveau !) entre chaque visite.

La durée moyenne des symptômes observée chez les patients était de 43 jours. Mais il a fallu une centaine de jours pour que les symptômes disparaissent chez de nombreux patients...

Or, après analyse des données, et outre la gravité initiale de la commotion, un seul facteur est apparu influer de façon claire le temps de récupération des patients : le repos intellectuel.

Lire, écrire (y compris des textos !), jouer aux jeux vidéo, retourner à plein temps à l'école : autant d'activités à réduire durant les premiers jours consécutifs à la commotion.

"Nous recommandons une période de repos cognitif complet après une blessure durant 3 à 5 jours", résume le docteur Meehan, l'un des auteurs de l'étude, dans un communiqué, "[puis] un retour progressif à des niveaux de l'activité cognitive.

Toutefois, si "un effort cognitif vigoureux est préjudiciable à la récupération, l'abstinence complète de l'activité cognitive [est vraisemblablement] inutile", notent les médecins.

"Les patients [qui ont respecté] un repos complet, [qui se sont cantonnés] à une activité minimale (pas de lecture ou de devoirs, moins de cinq textos et à moins de 20 minutes de connexion Internet et de jeux vidéo par jour) ou activité modérée (moins de 10 pages lues, moins de 20 messages texte et moins d'une heure combinée de devoirs et d'activités informatiques) récupèrent en un laps de temps équivalent" (de 20 à 50 jours), beaucoup plus court que chez les patients plus actifs (100 jours en moyenne).

 

Source : Effect of Cognitive Activity Level on Duration of Post-Concussion Symptoms, W.P Meehan III et coll. Pediatrics 2014. doi:10.1542/peds.2013-2125 

 

A VOIR AUSSI