Etudes de santé : que deviennent les recalés de la première année ?

Mieux orienter les étudiants en études de santé et surtout les réorienter plus tôt vers une autre filière, si leurs résultats sont insatisfaisants. Voilà ce que préconise la médiatrice de l'Education nationale qui constate que les recalés de la fac de médecine se retrouvent trop souvent le bec dans l'eau.

Rédigé le

Entretien en vidéo avec Monique Sassier, médiatrice de l'Education nationale

Désormais, il existe un concours commun pour les futurs médecins, pharmaciens, dentistes ou sage-femmes : le PACES pour "première année commune aux études de santé". Mais trop rares sont ceux qui parviennent à passer le cap du concours d'entrée en seconde année. Avec moins de 13.000 places pour 56.000 inscrits, ce concours laisse plus de 43.000 étudiants sur le carreau. Officiellement, ils se retrouvent à Bac+0, alors même qu'ils viennent de suivre une année de fac très difficile, voire deux s'ils ont choisi de redoubler. Cette année n'offre le droit à aucune équivalence dans un autre cursus, une autre filière.

Ces trois dernières années, près de 300 étudiants recalés ont ainsi écrit à la médiatrice de l'Education nationale, Monique Sassier. Des étudiants découragés, au bout du rouleau qui ne parviennent pas à rebondir et à se réorienter, alors que la plupart sont de bons - voire très bons - élèves, qui ont décroché le baccalauréat avec une mention. D'après elle, il faut repenser le fonctionnement de cette première année.