Des chercheurs rendent des souris transparentes

Des chercheurs japonais de l'Institut Riken ont trouvé un moyen de rendre transparents l'ensemble des organes de souris décédées. Leurs travaux, destinés à améliorer les connaissances en biologie, sont détaillés dans un article de la revue Cell paru ce 6 novembre.

Rédigé le

Des chercheurs rendent des souris transparentes
La ''souris transparente'' de l'Institut Riken

C'est un véritable rêve de biologiste : pouvoir examiner les différents organes ou même un corps entier sans avoir à le découper, offrant ainsi une approche plus globale de l'anatomie... 

En avril 2013, des chercheurs de l'Université de Stanford avaient dévoilé dans la revue Nature un protocole permettant de rendre certains organes transparents. Il permettait de substituer aux lipides opaques présents dans les tissus une substance translucide. Toutefois, ce procédé apparait plus difficile à mettre en oeuvre pour certaines parties du corps, qui contiennent de nombreux types de molécules opaques.

Les chercheurs japonais ont concentré leurs efforts sur une molécule presque omniprésente dans l'organisme : l'hème (un composant de l'hémoglobine). L'un des réactifs expérimenté par les scientifiques s'est avéré capable de décolorer l'hème.

Le coeur, le foie, les reins, les poumons sont séparés du reste du corps. Ces différentes parties sont traitées durant dix à quinze jours avec des doses précises du fameux réactif.

Une fois les organes réassemblés, le corps transparent de l'animal peut ensuite être examiné en détail à l'aide d'un microscope.

Dans un communiqué Hiroki Ueda, qui a dirigé l'équipe de recherche, a expliqué que ce procédé "pourrait être employé pour étudier comment les embryons se développent ou comment le cancer et les maladies auto-immunes se développent au niveau cellulaire". "Cela pourrait permettre une meilleure compréhension de ces maladies et peut-être déboucher sur de nouvelles thérapies."

Les chercheurs soulignent toutefois que des progrès doivent encore être faits, en termes d'imagerie, avant de pouvoir appliquer leur découverte à des organismes plus grands que celui de souriceaux.

 

Source : "Whole-body imaging with single-cell resolution by tissue-decolorization" Kazuki Tainaka, Shimpei I. Kubota, Takeru Q. Suyama, Etsuo A. Susaki, Dimitri Perrin, Maki Ukai-Tadenuma, Hideki Ukai, and Hiroki R. Ueda. Cell, 2014, doi: org/10.1016/j.cell.2014.10.034