Ch@t : PMA

Ch@t du 20/09/2011 : De 22h15 à 23h15, le Dr Françoise Merlet, médecin référent à l'Agence de la biomédecine, le Dr Chadi Yazbeck, spécialiste infertilité et Frédéric Lecompte, biologiste spécialiste infertilité, répondront à vos questions en direct.

Rédigé le

Ch@t : PMA
Ch@t : PMA
Sommaire

Les réponses du Dr Françoise Merlet, médecin référent à l'Agence de la biomédecine

  • J'ai une soeur jumelle qui serait prête à me donner ses ovocytes... je viens d'apprendre que cela était possible en suisse ?

Le principe d'anonymat du don de gamètes a été largement réaffirmé à la suite des débats pour la révision de la loi de bioéthique qui a finalement été votée en juillet 2011. Il n'est donc pas possible de bénéficier en France des ovocytes d'une donneuse connue.

  • Pourquoi certains ont droit à une dérogation 5ème FIV, alors que notre centre refuse d'en faire la demande sous prétexte que ce sera d'office refusé par la sécu ?

La sécurité sociale a prévu la règle suivante : 4 tentatives (à condition qu'elles soient suivies d'un transfert embryonnaire) peuvent être prises en charge par l'assurance maladie. Toutefois la situation de chaque couple est particulière et c'est l'analyse très approfondie du dossier du couple par l'équipe et le médecin conseil de l'assurance maladie qui permet, dans de rares cas, d'envisager les éventuelles chances d'une nouvelle tentative.

  • Quelles solutions après 4 échecs FIV, sans devoir débourser 4500€ par tentative sans garantie de résultat ?

Il n'y a malheureusement jamais de garantie de résultat en matière de reproduction humaine. Il n'y a pas non plus de solution à toutes les situations médicales d'infertilité. Votre médecin ou l'équipe médicale qui vous a pris en charge est le mieux placé pour vous orienter vers les solutions possibles adaptées à votre cas.

  • Un embryon de mauvaise qualité ou de qualité moyenne a un rapport avec la qualité de l'ovocyte et ou bien du spermatozoïde ?

Les connaissances actuelles sur la qualité des embryons sont encore limitées. Quand on parle de qualité des embryons au moment d'un cycle de fécondation in vitro, on décrit en fait ce qu'on voit au microscope : c'est à dire le nombre de cellules embryonnaires qui constituent l'embryon, l'aspect régulier ou non des cellules et la capacité de l'embryon à se développer pendant 2 ou 3 jours au laboratoire. Ca n'est qu'un reflet de la qualité intrinsèque de l'embryon. La responsabilité peut être ovocytaire et/ou spermatique de façon probablement équivalente.

Le recours à l'AMP avec don de spermatozoïdes obéit aux même principes que toute AMP : à savoir prise en charge à 100% par l'assurance maladie sous des conditions d'âge (la femme doit avoir moins de 43 ans) et pour 6 inséminations ou 4 fécondations in vitro selon l'AMP adaptée à votre dossier médical. Ces actes sont soumis à entente préalable de l'assurance maladie et votre médecin doit vous remettre une attestation pour obtenir cette prise en charge. Le principe éthique qui est retenu par la France est bien celui d'un accès au soin pour tous indépendamment des conditions de ressources financières.

  • Est-ce qu’un lubrifiant pourrait endommager la qualité du sperme ?

Oui c'est possible. Il est préférable de se renseigner auprès de votre gynécologue, les spermatozoïdes sont "fragiles".  

  • Y a t-il des centres meilleurs que d’autres ? Si oui, comment choisir ?

Les centres français sont soumis à des règles strictes et contraignantes depuis de nombreuses années : bonnes pratiques réglementaires, autorisations et inspections, et enfin évaluation. On sait que publier des résultats bruts de taux de grossesse ne présente pas d'intérêt tant ils dépendent, non pas de la "qualité" du laboratoire, de ses équipements matériels, mais bien de la capacité des ovocytes et des spermatozoïdes à féconder ou être fécondés. Et pourtant certains autres pays le font mais ça n'a pas vraiment de sens. Les taux de grossesse dépendent surtout comme cela a été dit lors de l'émission des patients pris en charge. L'Agence de la biomédecine rendra public une évaluation des centres dès que son outil épidémiologique lui permettra d'analyser les résultats en tenant compte de l'ensemble des facteurs de succès (âge des patientes, nombre d'embryons transférés à chaque transfert notamment) et ne s'arrêtera pas à décrire un taux de grossesse. Vous conviendrez qu'il est plus essentiel de s'intéresser aux chances de naissances d'un enfant unique en bonne santé. L’objectif ne sera pas bien sur de dresser un palmarès mais de comprendre les éventuelles différences afin de toujours améliorer les connaissances et la qualité des soins aux patients.

  • Quelle est l’articulation exacte entre l’insémination artificielle intra-utérine avec sperme du conjoint (IAC) et la FIV ? La mise en œuvre de l’une ou de l’autre des ces techniques peut-elle être proposée par le même centre ?

A chaque technique ses indications et ses résultats spécifiques. Seul l'examen attentif de votre situation médicale va permettre d'évaluer ce qu'on appelle dans notre jargon médical, la balance bénéfice-risque. Autrement dit la technique la plus simple, la moins invasive, la moins coûteuse qui a le plus de chance de vous apporter le succès vous sera proposée en priorité après examen de votre dossier médical par une équipe pluri-disciplinaire. Les centres et laboratoires d'AMP sont autorisés à la pratique d'une ou plusieurs techniques d'AMP. Certaines AMP par exemple avec don de gamètes sont réalisés par un petit nombre de centres.

  • Connaissez-vous le taux de grossesses menées à terme (et non le taux de tests de grossesse positifs) dans la clinique barcelonaise très connue ? Je ne sais pas où obtenir ces chiffres.

Certains pays ne disposent pas d'une régulation comme il existe en France où les centres sont tenus de transmettre à l'Agence de la biomédecine des rapports annuels très complets sur les activités pratiquées et les résultats obtenus selon les différentes techniques. Vous avez raison, les taux de grossesse souvent spectaculaires annoncés par certaines cliniques ne sont pas nécessairement validés par une autorité compétente. Ils pourraient être mensongers et ne peuvent être une garantie pour les couples. Les taux de naissances et notamment de naissance d'un enfant en bonne santé sont un bien meilleur élément à connaître.  

  • Mon mari fume du cannabis 2 fois par jour mais pas de cigarette est-ce délétère pour les spermatozoïdes ?

Très vraisemblablement, oui.  

  • Concernant ma petite fille issue d’un don en Espagne, elle aura 4 ans dans 3 semaines. Faut-il lui en parler quand elle sera plus grande ?

Le centre espagnol a t-il cherché à discuter avec votre conjoint et vous-même de cette question avant de réaliser ce don ? Peut-être pouvez vous prendre contact avec une équipe médicale qui pratique le don en France pour évoquer ces questions ?  

  • A quoi ça sert les rapports de chaque centre à l’agence si on ne connait pas les résultats ?

Il y a environ 2000 informations par rapport annuel d'activité que les centres transmettent à l'Agence de la biomédecine chaque année. Des informations très intéressantes et très complètes tirées de ces rapports sont disponibles sur le site web de l'Agence. C'est déjà beaucoup. Il n'y a pas de centres meilleurs que d'autres mais des centres qui ont des stratégies de prise en charge différentes. Imaginez un lycée qui sélectionnerait à l'entrée de la seconde les meilleurs élèves de 3ème puis éloignerait les élèves qui a la fin de la seconde ont décroché : ce lycée aurait un meilleur taux de réussite au baccalauréat, n'est-ce pas ? Et bien, c'est un peu comparable en matière de fécondation in vitro.

  • Doit-on se faire aider psychologiquement lors d’une FIV ?

Chaque fois qu'on en sent le besoin. Sans hésiter, ça ne peut qu'être une aide.  

  • OPK rime t-il avec stérilité ?

OPK (syndrome des ovaires polykystiques) rime avec difficultés ovulatoires. Dans certains cas, un traitement simple de l'ovulation suffit à traiter le problème ovulatoire et donc à permettre la survenue d'une grossesse. Dans d'autres cas, selon le degré de sévérité mais aussi selon les autres éléments du dossier concernant votre conjoint et vous-même, pour qui il peut exister un autre facteur surajouté d'infertilité, le recours à une AMP est préférable d'emblée ou après les échecs de stimulation simple.

  • Est-ce que la vitrification donne le jour de la décongélation des embryons intacts ?

La vitrification est une des techniques disponibles de congélation des embryons. Récemment développée, elle semble donner de très bons résultats, notamment sur l'aspect des embryons après décongélation.  

  • D’après notre médecin, pour faire une FIV-ICSI, il doit passer par le nombril (col de l'utérus sténosé), la ponction et le transfert se font tous les 2 par le nombril ?

Le nombril, non, ça ne se fait pas par là. Je vous conseille de vous rendre sur le site de l'Agence de la biomédecine www.procreationmedicale.fr dans lequel vous trouverez pas mal d'informations utiles sur le déroulé des interventions de fécondation in vitro. Bonne lecture.

  • Je vais commencer un traitement pour FIV au mois d'octobre, je n’ai pas précisé à mon gynécologue que j'avais un déficit en protéine. Est-ce important ? Si oui, est-ce que cela peut-être une contre-indication pour une FIV ?

Il est essentiel que vous communiquiez cette information à votre médecin. C'est aussi une affaire de spécialiste si votre médecin ne se sent pas à l'aise avec ce problème médical. Un traitement préventif peut sans doute être mis en place pendant la tentative de fécondation in vitro. A discuter en amont, c'est très important.

A chaque technique ses indications. L'équipe pluridisciplinaire de votre centre a évalué votre situation médicale en tenant compte de tous les éléments présents dans votre dossier, incluant les analyses de sperme de votre conjoint. Cela dit, après une tentative et selon la façon dont elle s'est déroulée, votre dossier va être rediscuté en staff et peut être votre médecin vous proposera t il une ICSI ?

  • On me demande de pratiquer une hystéroscopie, de quoi s’agit-il ?

Rendez vous sur le site www.procreationmedicale.fr Vous trouverez un certain nombre d'explications sur ces examens que je ne peux pas vous décrire ici.

  • Peut-on avoir droit aux 6 inséminations remboursées si nous venons d’essuyer 4 échecs FIV ?

Oui. Sous réserve d'une demande d'entente préalable accordée par la caisse d'AM.

  • Je souhaiterais savoir lorsqu’une personne fait un don d'ovocytes à qui va ce don ? Puisqu’en France nous n’avons pas le droit à avoir un don d’ovocytes ? J’ai une insuffisance ovarienne, et donc problème pour avoir de bons ovocytes mais en France ce n'est pas possible. Dois-je me tourner vers l’étranger ?

En France le don d'ovocytes est parfaitement autorisé mais très encadré. Contactez un centre autorisé pour le don d'ovocytes (votre gynécologue vous communiquera le centre le plus proche de votre domicile) et allez consulter dans ce centre pour connaître les modalités du recours au don.

Les réponses du Dr Chadi Yazbeck, spécialiste infertilité

  • J'ai fait une FIV icsi avec transfert de 3 embryons. 2 ont tenu mais se sont arrêtés à 5 semaines et j'ai subi un curetage. Pouvez-vous me dire à quoi est dû l'arrêt du développement ?

L'arrêt de développement peut-être du à des causes génétiques liées au hasard comme ce qui se passe pour les fausses couches spontanées naturelles et non pas spécifiquement du à la technique de fiv icsi utilisée.

  • J'ai 33 ans, après une tumeur border line, j'ai du passer toute une série d'examens. Cela fait 6 ans de PMA et 3 échecs  FIV  ICSI. J'ai récemment contacté un nouveau centre et j'ai passé d'autres examens. Visiblement tout va bien de mon côté. Spermogramme moyen chez mon mari. J'ai très peur de mon dernier essai. Comment me sentir mieux pour ma dernière tentative ?

Il faut essayer de prendre en compte les précédentes tentatives pour essayer de faire mieux pour la prochaine notamment dans votre situation particulière. Demandez à votre médecin de vous expliquer les démarches qu'il va adopter, çà vous permet de vous sentir mieux préparée.

  • Est-ce que le transfert d'un embryon congelé donne le même taux de réussite qu'un transfert d'embryons frais ?

Le taux de réussite lors d'un transfert d'un embryon congelé est généralement plus faible que par un transfert d'embryon frais. Ceci est principalement du aux conditions de congélation et au risque d'absence de développement après décongélation.

  • Doit-on continuer à travailler ou s'arrêter après un transfert sachant que je suis préparatrice en pharmacie, donc debout toute la journée.

On recommande un arrêt de travail de 5 jours à partir de la ponction des ovocytes, ce qui couvre en général la période du transfert de(s) embryon(s) jusqu'à l'implantation dans l'utérus. Il n'est pas nécessaire d'avoir un arrêt plus long.  

  • Mon taux d'AMH a largement chuté en 1 an : de 3,5ng/l il est passé à 1,6ng/l est-ce le signe d'une ménopause précoce (j'ai 36 ans) ?

Non ce n'est pas un signe d'une ménopause mais il s'agit d'une diminution de la réserve des ovaires (qui survient normalement avec l'âge). Il est conseillé de ne pas tarder à avoir une prise en charge de l'infertilité si ce n'est pas déjà en cours.

  • Est-ce qu'il est obligatoirement nécessaire de pratiquer le transfert sous échographie pour le placement de l'embryon ?

En 2011, il est préférable de le faire pour mieux voir où déposer l'embryon dans l'utérus, surtout si on pratique un transfert d'un embryon unique.

Les études sont contradictoires. Mais pourquoi pas ?!

Si vous avez une bonne réponse à ce traitement, les chances sont importantes. En revanche, s'il n'y a pas d'ovulation il faut passer par d'autres traitements et ne pas perdre son temps. 

  • Lors d'une FIV , si plusieurs embryons sont implantables, le couple peut-il demander que deux embryons soient implantés ou seul le médecin décide du nombre ?

La décision doit être conjointe entre médecin clinicien, biologiste et le couple après vous avoir expliqué les raisons et les avantages ainsi que les inconvénients liés au choix du nombre d'embryons à transférer.

  • Pourquoi la méthode de congélation décongélation ne laisse pas place à la vitrification comme en Espagne car il y a moins de casse ?

La loi vient d'autoriser la vitrification en France, il faudra attendre pour que les centres se préparent à cette nouvelle technique très prometteuse.

Le drilling ovarien peut-être indiqué pour améliorer les chances d'ovulation. Il a aussi l'avantage de diminuer le risque d'hyperstimulation ovarienne.

  • Combien de temps est nécessaire entre deux essais ICSI ?

Il est conseillé d'attendre 2 ou 3 mois.

  • Quels sont les tests complémentaires à faire après 2 échecs de FIV et un tec a 26 ans pour un problème de trompes ?

Faire une analyse très précise sur les paramètres des spermatozoïdes !

  • Dans le reportage, le risque sur les grossesses gémellaires peut faire peur. Je dois prochainement avoir un transfert de 2 embryons et je me pose des questions. Y a t-il beaucoup plus de risques ?

Tout dépend de votre âge, si on vous conseille 2 embryons c'est pour vous donner plus de chance de grossesse.

  • Etant  OPK, est-il préférable de suivre des traitements ou de passer à la PMA directement ? 3 ans d’attente déjà.

Au bout de 3 ans je vous conseille plutôt de passer par la PMA.

  • Peut-on implanter plus de 2 embryons à la fois pour augmenter les chances de grossesse ?

Oui dans certains cas, nous pouvons transférer plus de deux embryons pour augmenter les chances de grossesse, en tenant compte de l’âge de la femme et de la qualité des embryons. Mais cette stratégie est de moins en moins utilisée actuellement

  • Est-ce que l’ostéopathie peut-être une aide dans le cas d’une infertilité inexpliquée ?

Il n'existe pas de données scientifiques prouvant son efficacité..

  • Mon mari a une teratozoospermie. Quelles sont les solutions pour avoir un enfant. Nous avons 32 ans tous les 2 et on essaie d'avoir un enfant depuis 2 ans.

Consultation de PMA !

  • Etant atteinte d’endométriose, pensez-vous qu’il est plus judicieux de me refaire opérer ou de refaire une FIV  ?

Tout dépend du degré de l'atteinte et de votre réserve ovarienne. Il n'est pas conseillé de réopérer sauf si les douleurs sont très importantes.  

  • La prise de sang doit se faire combien de jours après un transfert ?

Idéalement 12 jours.

  • En attente d'un début de traitement FIV , actuellement en ménopause artificielle, j'ai arrêté de fumer. Qu’en est-il de l’alcool ? Quelle quantité est tolérable ?

Il est également conseillé d'arrêter l'alcool pendant la stimulation hormonale.

  • Le transfert d'un seul embryon congelé peut-il donner un résultat positif ou faut-il en réimplanter 2 ?

Oui mais tout dépend du stade auquel l'embryon a été congelé. En général on réimplante plutôt deux.

  • Comment un médecin oriente-t-il un couple vers les stimulations, les IAC ou les FIV ?

Tout dépend des résultats du bilan complet d'infertilité concernant votre conjoint (spermogramme) et vous même (bilan hormonal, écho, hystérographie).

  • Est-il possible de bénéficier d’une anesthésie générale pour la ponction d’ovocytes ?

Oui nous faisons 90% de nos ponctions sous anesthésie générale.

  • A t-on une chance si j’ai une oligoasthénospermie sévère ?

Il faut passer par la technique d'ICSI ou IMSI avec des chances appréciables.

  • Pourquoi faut-il faire une hystéroscopie ?

Pour évaluer la cavité utérine et vérifier que la muqueuse est normale avant d'implanter les embryons.

  • Les taux de grossesse augmentent-ils vraiment avec le nombre d’embryons transférés ?

Oui mais aussi le taux de grossesses multiples.

  • L’IMSI peut-il être fait en 1ère tentative ?

Dans certains cas particuliers l'IMSI peut être recommandée en première intention.

  • Le transfert d’embryons congelés nécessite t-il une prise d’hormones ou peut-il avoir lieu lors d’un cycle spontané ?

Les deux possibilités existent.

  • Un transfert d' embryons congelés compte t-il comme une tentative étant donné qu’il y a 4 essais gratuits ?

Non ce n'est pas compté parmi les 4 essais autorisés.

  • L’endométriose peut-elle générer un état inflammatoire pouvant expliquant plusieurs échecs d'implantation d’embryons lors de mes précédentes FIV  (où l’endomètre était bien épais et les embryons de bonne qualité)?

Plusieurs facteurs peuvent être en cause mais l'endométriose peut-être associée à un problème de l'utérus qui diminue les chances d'implantation. Il faudrait faire une écho ou une IRM pour le diagnostiquer.

  • Le poids peut-il être un élément négatif pour la nidation ?

Probablement non mais il peut augmenter les risques de complications pendant la grossesse !

  • Comment expliquer que des couples parviennent à avoir un enfant de façon naturelle dès lors qu’ils abandonnent tout le suivi médical AMP en place depuis des années ?

Plusieurs facteurs expliquent ce phénomène : modifications hormonales, effet psychologique, amélioration spontanée de certains paramètres (sperme et ovulation). Les traitements antérieurs d'AMP peuvent aussi jouer un rôle positif.

  • J'ai 26 ans et mon ami 48. Ca fait plus d’un an qu’on essaie d’avoir un enfant sans se protéger, j’ai 1 absence de règles depuis plus d'1 an, j’ai également 1 taux d’estrogènes élevé, j’ai été sous Provames® et androcur® par une endocrino. J’ai consulté un gynéco qui m'a dit que j'ai 5% de chances de tomber enceinte, que peut-on faire ?

Sans règles vous ne pouvez pas être enceinte car il n'y a pas d'ovulation. Il faudra induire l'ovulation par des traitements hormonaux après un bilan général..

  • Un déficit en protéine S peut-il être une contre indication en cas de FIV   ? Existe-t-il un traitement adapté (Lovenox®) ? Dois-je le préciser à mon gynéco, je débute un traitement FIV en octobre.

Non mais il est impératif que votre gynéco soit au courant du problème car un traitement par anti coagulants s'impose !

  • Les fausses couches sont elles plus présentes en AMP (fiv icsi) qu’en fécondation spontanée ? A partir de combien de semaines de grossesse peut-on se sentir rassuré (les risques de FC étant très faibles) ?

Risque équivalent. A partir de la 12 semaines ce risque devient très faible.

  • Les douleurs et contractions de l’utérus dues à une hyperstimulation et à la ponction peuvent-elles avoir une incidence sur la non-nidification de blastocystes ?

L'hyperstimulation n'a pas en général une incidence négative mais si les douleurs et les contractions sont très importantes ce serait possible.

  • J’ai fait une première FIV   qui a échoué et j’ai un utérus unicorne, ai-je des chances d’être enceinte et de mener jusqu’au bout une grossesse ?

Oui mais il faut suivre la grossesse très précocement et prendre les précautions nécessaires pour la mener à terme.

  • Désir de grossesse, est-ce qu’une adénomyose rend impossible le succès d’une PMA ?

L'adénomyose peut diminuer les chances d'implantation. Tout dépend de son étendue.

  • Ai-je des chances avec une ICSI même si j’ai une  endométriose ?

Les chances sont équivalentes en FIV et en ICSI pour une endométriose sauf s'il existe un problème chez le conjoint.

  • Désir grossesse, j’ai 38 ans et mon époux 42 ans. Faut-il subir une célioscopie chirurgicale dans le cas d’une  endométriose profonde avant de tenter une FIV  ?

Votre seul problème est l'infertilité la réponse est NON.

  • Quelle meilleure procédure pour avoir un enfant imsi ou icsi ?

Chaque technique a ses indications. Celles de l'IMSI ne sont pas encore bien définies mais des études récentes vont nous aider à le faire.

  • Après deux opérations pour endométriose, une trompe en moins, à 37 ans je voudrais un troisième enfants, puis-je faire appel à la PMA ?

Oui il ne faut pas tarder..

  • Environ combien de temps après une coelio en urgence pour rupture d’un kyste peut-on remettre un bébé en route ?  Faut-il mettre les ovaires au repos sachant que je n’ai plus qu’une trompe à gauche du côté ou il y avait le kyste hémorragique ?

Il est souhaitable d'attendre 3 mois avant de stimuler l'ovaire. Les stimulations comportent souvent une mise au repos préalables des ovaires.

 

 

Les réponses de Frédéric Lecompte, biologiste spécialiste infertilité

  • A partir de quelle date la nouvelle loi de la bioéthique va-t-elle être appliquée concernant les nouvelles conditions d'accès à la PMA (vie commune) ?

Seul le législateur le sait ....

  • Connaissez-vous le support In vitro Veritas ? Cette BD suit le parcours autobiographique d'un couple face à la FIV, avec du recul et beaucoup d'humour. Nous souhaiterions la diffuser plus largement dans les centres puisqu'elle s'adresse avant tout aux couples qui subissent des difficultés pour avoir un enfant. A qui devait-on s'adresser ?

Je la connais. Très bonne BD. Contacter un labo pharma qui pourrait vous supporter.

  • Une translocation chromosomique. Est-il techniquement possible de faire une sélection de spermatozoïdes avant une FIV ?

C'est la réalisation d'un diagnostic préimplantatoire qui permet de choisir un embryon indemne d'anomalie (DPI). Il n'est autorisé en France que pour certaines pathologies. En Espagne, il est plus souvent réalisé.

  • Existe-t-il un classement des centres d'AMP en fonction des résultats ?

Non, comme dit dans le reportage. L'agence de biomédecine ne diffuse ces chiffres. Même entre pro nous ne connaissons pas les résultats "officiels" des autres centres.

  • Quelle différence entre MIV et FIV ?

La différence réside dans la maturité des ovocytes. En FIV, ils sont matures. On fait une Fécondation in vitro. En MIV, ils sont immatures. On fait une Maturation In vitro, puis une FIV. Les résultats sont limités. L'intérêt restreint à certaines indications.

  • La dextérité du médecin lors de l'implantation influence t-elle les chances de succès de l'implantation de l'embryon ?

Oui. C'est un geste qui nécessite une certaine habitude, dextérité. Les taux de grossesse par un médecin qui effectue le transfert sont souvent étudiés dans les centres afin d'alerter un praticien qui aurait des taux de grossesse inférieurs aux autres praticiens du centre. Cela permet une amélioration continue des pratiques.

  • FIV classique ou fiv icsi laquelle a le plus de taux de réussite ?

Ce n'est pas la question. A un problème donné il faut utiliser la technique adaptée. L'ICSI est plus invasive, moins naturelle. Elle doit être réservée aux indications masculines sévères.

  • Une nouvelle méthode existe : Endocell®. Qu'en pensez-vous ? Le taux de réussite est-il plus important ?

C'est une technique qui reprend une ancienne technique largement répandue : la co-culture. Faire pousser les embryons sur d'autres cellules. Dans le cas d'Endocell®, les cellules sont les cellules utérines de la patiente. Le protocole est assez lourd et très couteux pour les patients. Les études sont aujourd'hui incomplètes pour y voir un intérêt retentissant. D'autres techniques éprouvées permettent d'avoir des bons taux de grossesses.

  • Y a t-il un réel avantage à aller au stade blastocyste ?

OUI OUI et OUI. Le blasto est un avantage indéniable. Car on peut nettement mieux sélectionner l'embryon. En caricaturant un peu, jusqu'au 3ème jour de culture on observe surtout le coté maternel, l'ovocyte (bel ovocyte = bel embryon). Par contre à partir du 4ème jour, le côte masculin, le spermatozoîde joue tout son rôle. Hors, une fois sur 2 le spz est défaillant. Quand on transfert 2 blasto au 5ème jour les taux de grossesses peuvent aller jusqu'a 65% selon les indications.

  • Quels sont les taux de réussite de FIV icsi ?

En France, 25% par ponction. Avec une variabilité selon les centres.

  • Est-ce qu'il existe des traitements pour inhiber les anticorps anti-spermatozoïdes présents dans la glaire cervicale ?

Naturellement non. Par contre au labo, on sature les spermato d'albumine, ce qui les rend inoffensifs !

  • Peut-on recourir à la PMA lorsqu'on souffre de vaginisme ?

A la base, l'AMP est là pour régler les pb de fertilité, pas les pb de sexualité. Un psychothérapeute est plus approprié. Le vaginisme sera problématique pour le traitement et le suivi échographique qui est endo vaginal.

  • Pourquoi la MIV (maturation in vitro) n'est-elle pas plus répandue, qu'est-ce qui fait qu'elle est moins efficace qu'une FIV ?

La Miv a des indications très restreintes, ce qui en limite l'intérêt. Ensuite, la MIV consiste en une maturation in vitro qui ne donne pas 100% de résultat. Tous les ovocytes immatures n'arrivent pas à maturité. Ensuite seulement les ovocytes subiront la FIV ou l'ICSI. Une MIV c'est donc une MIV plus une FIV ou ICIS. Les résultats sont donc moins bons.

  • Stratégiquement, pourquoi transférer des embryons de qualité moyenne à J2 plutôt que de continuer la culture quitte à n'avoir aucun embryon à transférer (une tentative économisée) ?

C'est une très bonne question. En tant que biologiste, je suis de votre avis. Je ne vois pas l'intérêt de transférer des embryons de qualité moyenne à J2.

Oui c'est une indication de l'IAD. 

Oui. Les facteurs qui jouent le plus sont : La fréquence des éjaculations : il faut éjaculer au moins 2 fois par semaine (plus c'est mieux). C'est la base. Rien que cela augmente énormément la qualité de votre sperme. Des délais d'abstinence de plus de 1 semaine sont délétères pour votre sperme. Le tabac diminue votre fertilité (la mobilité des spermatozoïdes), les températures élevées (sauna, bain très chaud), le stress. Il faut être zen ...

  • Qui décide des techniques de chaque centre ?

Les bios et les gynécos. C'est une discussion d'équipe. Tout dépend des équipes.

  • L’alcool influe t-il sur la qualité du sperme ?

Il faut éviter l'alcool si on veut un bon sperme. Après, tout dépend des quantités. Un verre ça va ...

  • Mieux vaut se diriger vers une clinique ou un hôpital ?

Comme dit dans le reportage tout dépend des équipes. Donc parfois plutôt l'hôpital, parfois la clinique. Et ça, sans langue de bois.

Oui, dans ce cas il s'agira de vrai jumeaux. L'embryon se scinde en 2 dans votre utérus.

  • Comment trouver la liste des centres équipés pour les IMSI ?

Sur fivfrance, annuaire des centres et ** pour ceux avec IMSI

  • Après 2 FIV négatives faut-il encore espérer ? Je suis en insuffisance ovarienne sévère, 3 ovocytes après stimulation et un embryon mais a cessé de se développer à  j4 ?

Il faut toujours espérer. L'expérience nous montre que même lorsque l'on pense que cela n'est plus possible .... Une grossesse peut arriver.

  • Pourquoi ne fait-on pas de culture prolongée des embryons systématiquement, si cela permet de mieux détecter les embryons viables ou non ?

C'est une politique de centre. Certains centres pratiques systématiquement la culture prolongée. L'organisation et le cout ne sont pas les même pour les centres...

  • Qui décide du stade d’implantation blasto à J2 ?

Normalement c'est de la responsabilité et compétence du biologiste. Cela est discuté avec le gynéco selon les cas. Normalement, le patient est informé. Mais il n'est pas forcément compétent pour décider de la meilleure stratégie.

  • A t-on une chance de grossesse avec une oligospermie sévère mais pas de problème en terme de mobilité et de spermatozoïdes anormaux ?

Oui vous avez une chance. Tous les couples qui bénéficient d'une ICSI (en cas d'oligo importante) sont dans votre cas.

  • Un taux de 0.3 millions de spermatozoïdes par ml est-il trop bas pour une FIV icsi ?

Non cela a été créé pour cela.

En savoir plus

Chaque année, 20 000 enfants naissent en France grâce à l’AMP et les chiffres sont en constante augmentation. Si ces techniques d’assistance à la procréation, sont souvent vécues comme un remède miracle pour les couples stériles, reste qu’un couple sur deux échoue. Près de 30 ans après la naissance d’Amandine, le premier bébé éprouvette français, où en est l’Assistance Médicale à la Procréation en France ?

Après la diffusion d'un documentaire "Enquête de santé : Bébé éprouvette, un parcours éprouvant", mardi 20 septembre 2011, à 20h35, sur France 5, le Dr Françoise Merlet, médecin référent de l'Agence de la biomédecine, le Dr Chadi Yazbeck, spécialiste infertilité et Frédéric Lecompte, biologiste spécialiste infertilité, répondront en direct à vos questions au cours d'un ch@t de 22h15 à 23h15.

Sur Allodocteurs.fr :

Dossiers/articles :

Dans le forum :

Ailleurs sur le web :

Sponsorisé par Ligatus