Alzheimer : un GPS pour les personnes désorientées ?

Que faire quand l'errance de certains patients atteints d'Alzheimer conduit jusqu'à la mort. Le gouvernement propose aujourd'hui d'opter pour des dispositifs de géolocalisation.

Rédigé le , mis à jour le

Alzheimer : un GPS pour les personnes désorientées ?

Dans la matinée du 11 février 2013, une pensionnaire de l'EHPAD (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) de Saint-Bonnet-de-Mure de retraite dans le Rhône, a été retrouvée morte, dans le parc de la résidence. Elle avait 93 ans, souffrait de la maladie d'Alzheimer et était parvenue à échapper à la vigilance des surveillants.

Pour le gouvernement, c'est le décès de trop

Depuis la mi-janvier, trois femmes et un homme de plus de 70 ans ont ainsi été retrouvés morts, souvent de froid, quelques heures après leurs disparitions. Certains étaient accueillis dans une structure adaptée, d'autres à leur domicile.

Pour que ces drames cessent, Michèle Delaunay, ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de l'Autonomie, envisage la solution de la géolocalisation. Il s'agirait de glisser un petit GPS dans un vêtement du malade, afin de le retrouver rapidement si nécessaire. Pour certains c'est une bonne idée, pour d'autres une entrave à la liberté.

Certains EHPAD préfèrent s'en passer

A l'EHPAD "Les Abondances" de Boulogne-Billancourt, 90% des résidents souffrent de troubles cognitifs et dégénératifs, pourtant sécurité et liberté restent les mots d'ordre de l'équipe soignante.

Depuis sept mois, une nouvelle unité sécurisée accueille une quarantaine de personnes âgées qui présentent un risque important de fuguer ou simplement de se perdre.

A voir aussi

Sur Allodocteurs.fr :

Sponsorisé par Ligatus