''Pronostic vital engagé'', késako ?

Dans les médias, nous entendons très souvent parler de "pronostic vital engagé" à la suite d'un fait divers, sans pour autant savoir ce que signifie vraiment cette expression. Alors que se cache-t-il derrière l'expression "le pronostic vital est engagé" ? Les explications avec le Dr Gérald Kierzek, urgentiste.

Rédigé le , mis à jour le

''Pronostic vital engagé'', késako ?


Chronique du Dr Gérald Kierzek, urgentiste, du 28 novembre 2012

  • Que signifie l'expression "le pronostic vital est engagé" ?

Dr Gérald Kierzek : "Stricto sensu, l'expression "Pronostic vital engagé" a une signification médicale précise. Cela signifie qu'il y a un risque vital, non stabilisé et que la situation peut évoluer défavorablement jusqu'au décès. Il y a des blessés et certains risquent de mourir. Quand un patient a son pronostic vital engagé, il est généralement en réanimation, au réveil ou au bloc opératoire.

"Mais c'est aussi l'expression consacrée quand les urgentistes prennent en charge une victime et que les forces de l'ordre (la police) demandent de quoi souffre la victime. Les urgentistes utilisent l'expression "pronostic vital engagé" car ils sont tenus au secret médical et il n'est pas question de dévoiler la nature des lésions. Et ce qu'annoncent les médias sont souvent des informations transmises par la police et par les médecins !"

  • La situation peut-elle complètement évoluer dans un sens ou dans l'autre ?

Dr Gérald Kierzek : "Oui, l'objectif du médecin sur les lieux d'un accident ou d'une agression est de faire un premier bilan ou diagnostic sans autres moyens que son examen clinique, son stéthoscope et parfois un échographe. C'est le quotidien des médecins du Samu qui interviennent et en quelques minutes doivent répondre à deux principales questions : l'état du patient est-il grave (ou potentiellement grave) ou pas ? Vers quelle structure l'orienter ?

"Dans le cas d'un fait divers comme une agression (à l'arme blanche par exemple), difficile de dire sur place si le couteau a fait beaucoup de dégât dans le ventre ou le thorax. Par précaution ce patient sera orienté, dans l'hypothèse la plus grave, dans un service de réanimation et d'autres examens seront réalisés. Dans ce cas, et parce que le patient est dirigé dans un service de réanimation, on dira toujours aux forces de l'ordre que le pronostic vital est engagé. Même si à la clé, le patient n'a rien !"

  • Dans quels cas le pronostic vital est-il réellement engagé ?

Dr Gérald Kierzek : "Le pronostic vital est réellement engagé dans tous les cas où des lésions sont potentiellement vitales, c'est-à-dire si elles touchent des organes indispensables à la vie. Cerveau, cœur, poumons mais aussi hémorragie massive (fracture du fémur, du bassin…).

"Il faut comprendre que les premières heures ou même minutes, l'évaluation du blessé ou du patient est difficile. Il faut attendre des examens complémentaires (parfois un scanner corps entier ou body scan) pour avoir une idée plus précise des lésions et de leur évolution. Et parfois, ce n'est que le temps qui permet de juger l'évolution : est-ce que ça penche du bon côté ou malheureusement du mauvais côté.

  • Qu'en est-il pour un polytraumatisé ?

Dr Gérald Kierzek : "Le polytraumatisé est un patient qui présente plusieurs lésions dont une au moins qui engage le pronostic vital.

"La survie dépend des lésions et du délai de traitement de ces blessures. La première étape est le bilan lésionnel fait sur place par le Samu qui oriente le patient au meilleur endroit :

- soit la situation est très instable : hémorragie massive, plaie abdominale, bassin fracturé et il faut opérer immédiatement. Dans ce cas, direction le bloc opératoire.

- parfois la situation est très instable mais rien n'est contrôlable sur le plan chirurgical, direction la réanimation ou trauma center (on parle aussi parfois de réveil)

- le plus souvent, la situation hémodynamique est stable, la tension a peu près contrôlée et on a le temps de réaliser les examens et de se donner un peu de temps pour le diagnostic lésionnel et les traitements.

Une chose est certaine, un patient grave, pris en charge par le Samu, qui a vraiment un pronostic vital engagé, ne se retrouve jamais aux Urgences dans le circuit des autres patients. Il va directement dans un trauma center. Et quand on nous dit, le patient est toujours aux urgences et son pronostic vital reste engagé :

- soit on se trompe et il est ailleurs qu'aux Urgences

- soit on se trompe et son pronostic vital n'est pas engagé !

"Dans les films, on voit souvent une ambulance non médicalisée emmener un patient très grave. C'est un raccourci qui ne correspond pas à la réalité."

Sponsorisé par Ligatus