62 ans de mariage et inséparables... jusque dans la mort

Deux personnes âgées vivant en couple sont décédées, main dans la main, à 4 heures d'intervalle, en Californie. Mourir d'amour, est-ce possible ? Une étude, publiée dans la revue JAMA Internal Medicine, suggère qu'avoir le cœur brisé n'est pas toujours qu'une expression...

Rédigé le

62 ans de mariage et inséparables... jusque dans la mort
62 ans de mariage et inséparables... jusque dans la mort

"Même dans la mort, un couple marié pendant près de 62 ans était inséparable", rapporte BBC news dans un article du 6 août 2014. Don et Maxime Simpson, respectivement âgés de 87 et 90 ans, ont fermé leurs yeux à quatre heures d'intervalle seulement.

C'est en se tenant la main à l'hôpital que le couple, qui s'était rencontré en 1952, dans un bowling de Bakersfield, en Californie, a fini ses jours. Leur petite fille, Melissa Sloan, a raconté à la BBC que sa grand-mère s'est éteinte en premier et, lorsque son corps a été conduit en dehors de la salle, son mari s'est éteint à son tour.

Une preuve scientifique

Bien que quatre heures d'intervalle soient un temps très court, cette histoire touchante rappelle ce que l'on dit souvent : chez les personnes âgées, lorsqu'un membre du couple décède, il n'est pas rare que le conjoint meure peu de temps après.

Ceci n'est pas qu'une idée reçue. Une étude scientifique, publiée dans la revue JAMA Internal Medicine, a étudié le phénomène en comparant deux groupes de personnes âgées de 60 à 89 ans. Le premier rassemblait 30.447 individus endeuillés par le décès de leur conjoint. Le second, le groupe témoin, regroupait 83.588 personnes vivant toujours en couple.

Ils ont ainsi observé que dans les 30 jours suivant le décès d'un membre du couple, le risque pour le conjoint de souffrir d'une infection du myocarde, ou d'un accident vasculaire cérébral (AVC), fatal ou non, est multiplié par deux. Ce risque s'atténue ensuite. Les scientifiques ont aussi constaté une augmentation du risque de complications cardiaques, en général, ainsi que d'embolie pulmonaire dans les 90 jours.

Ces complications peuvent être dues au stress qui peut provoquer des bouleversements physiologiques. Sans oublier que le chamboulement psychologique peut conduire la personne endeuillée à oublier la prise de ses médicaments. Ainsi, les auteurs de l'étude rappelaient dans un mail envoyé à Reuters qu'il est important de veiller sur une personne âgée qui a perdu sa moitié.

Sources :
- Couple married for 62 years die together. BBC news. 6 août 2014.
- Increased Risk of Acute Cardiovascular Events After Partner Bereavement. Iain M. Carey et al. Février 2014. doi:10.1001/jamainternmed.2013.14558