1. / Se soigner
  2. / Médicaments
  3. / Anxiolytiques

Le point sur les psychotropes

Antidépresseurs, anxiolytiques, benzodiazépines, stabilisateurs de l'humeur, tous sont des psychotropes : ils ont une action sur l'activité du cerveau, qu'ils peuvent diminuer ou augmenter. Comment agissent-ils ? Dans quels cas sont-ils prescrits ? Le point sur chaque catégorie de médicaments.

Rédigé le , mis à jour le

Le point sur les psychotropes
Le point sur les psychotropes
Sommaire

Antidépresseurs

Indication

Comme leur nom l'indique, les antidépresseurs sont prescrits en cas de dépression d'intensité modérée à sévère, en complément d'une thérapie, lorsque les symptômes de la dépression ont un retentissement sur la vie quotidienne et deviennent handicapants. Ils soulagent les symptômes tels que la tristesse, le manque d'activité motrice. Ils régulent le sommeil, l'appétit et le patient retrouve le sentiment de plaisir. Les substances sont soit sédatives (et donc indiquées en cas d'insomnie, liée à la dépression), soit stimulantes (prescrites lorsque la durée de sommeil est excessive).

Certains peuvent être prescrits dans le cadre de la boulimie ou de l'anxiété.

Mécanisme d'action

La dépression s’accompagne des déséquilibres entre les neurotransmetteurs (noradrénaline, sérotonine, dopamine), qui sont libérés au niveau des synapses et permettent aux neurones d'échanger des informations. Les antidépresseurs agissent donc au niveau des synapses afin de rééquilibrer les concentrations des neurotransmetteurs, qui, à l'instar de la sérotonine, auraient un rôle dans l'humeur.

Conseils d'utilisation

Le traitement met 2 à 6 semaines avant d’agir et il doit être suivi au moins 4 à 6 mois en complément d’une psychothérapie. Les patients ont tendance à vouloir l'arrêter dès qu'ils se sentent mieux et risquent ainsi de voir leurs symptômes réapparaître. La diminution doit être décidée en accord avec le médecin et se fait progressivement afin d'éviter un syndrome de sevrage. Celui-ci se manifeste par une augmentation de l’insomnie et de l’anxiété, une irritabilité, des nausées, des tremblements.

Contrairement aux idées reçues, les antidépresseurs ne créent pas de dépendance.

Les antidépresseurs sont déconseillés durant la grossesse et l’allaitement, hormis certains dont l’innocuité sur le foetus a été prouvée. C’est le cas de la fluoxetine et de la sertraline par exemple au cours de la grossesse et de la paroxetine et de la sertraline pendant l’allaitement.

En savoir plus

Hypnotiques, contre les insomnies

Indication

Un hypnotique est prescrit pour soigner les troubles du sommeil. Ces médicaments font partie des psychotropes et comportent certaines benzodiazépines (dont celles qui ont une action anxiolytique) mais également des substances à effet purement hypnotique comme le zopiclone ou le zolpiclem.

Mécanisme d’action

 Les hypnotiques ont une action sur l'activité du cerveau, qu’ils diminuent, entraînant ainsi le sommeil. Les benzodiazépines hypnotiques modulent l’activité du GABA (voir paragraphe sur les benzodiazépines)

Précaution d’emploi

La prescription d’un hypnotique doit être limitée dans la durée, à raison de 2 à 4 semaines au maximum. Il peut en cas d’usage répété créer une dépendance et une perte d’efficacité peut survenir pendant le traitement (elle est le premier signe d’une accoutumance à l’hypnotique). Le traitement ne doit jamais être interrompu brutalement sous peine de voir apparaître un syndrome de sevrage.

Les hypnotiques sont déconseillés durant la grossesse et l’allaitement, On recommande toutefois d’en utiliser certains, inoffensifs sur le foetus, sur une courte durée. Il s’agit du zolpiclone, du zolpidem ou de la doxylamine.

En savoir plus

Benzodiazépines, des substances aux propriétés variées

Indication

Les benzodiazépines sont utilisées pour leurs propriétés hypnotiques, anxiolytiques, anti-épileptiques ou anesthésiques. Elles sont principalement prescrites dans le cadre de l’anxiété et de l’insomnie.

Mécanisme d’action

Les benzodiazépines agissent sur le système qui régule le GABA, en se liant aux récepteurs centraux aux benzodiazépines, avec un effet relaxant, à la fois sur le psychisme et sur les muscles. Elles sont classées en 3 groupes selon leur durée d’action et leurs propriétés.

Précautions d’usage

Les benzodiazépines exposent à des troubles de la mémoire et du comportement, notamment chez les seniors. Autres risques : abus, dépendance physique et psychologique, syndrome de sevrage à l’arrêt, démence.

Il est recommandé d’utiliser les benzodiazépines sur une courte période et de diminuer progressivement les doses.

On déconseille  une utilisation prolongée durant la grossesse et l’allaitement, même si certains sont toutefois compatibles (oxazépam, hydroxyzine par exemple) sur une durée la plus courte possible et à la dose efficace la plus faible.

 

Anxiolytiques, les médicaments de l’anxiété

Indications

Mieux connus sous le nom de tranquilisants, les anxiolytiques sont indiqués lorsque l’anxiété devient invalidante et entrave la vie quotidienne.

Mécanisme d’action

Les anxiolytiques font partie de la famille des benzodiazépines. Ils facilite la transmission d’un neurotransmetteur, le GABA, avec pour résultat une relaxation musculaire et psychique. Ils ont ainsi un effet calmant et décontractant. Attention, on constate également un effet amnésiant avec des troubles de la mémoire concernant les évènements récents. Une étude a ainsi montré qu’ils favorisaient la maladie d’Alzheimer.

Conseils d’utilisation

Il est conseillé de les réserver à un réel besoin (suite à un deuil par exemple) et de limiter leur utilisation à 3 mois, à la dose la plus faible possible.  Ces médicaments doivent s’accompagner d’une psychothérapie le traitement de référence de l’anxiété. Ils sont responsables d’une dépendance et ils peuvent créer un syndrome de sevrage, nécessitant une diminution progressive des doses. On déconseille ces médicaments durant la grossesse et l’allaitement, certains sont toutefois compatibles (oxazépam, hydroxyzine par exemple), à la dose efficace la plus faible et sur la durée la plus courte possible.

En savoir plus

Neuroleptiques, le traitement des psychoses

Indication

Ils sont prescrits dans les psychoses comme la schizophrénie mais aussi dans l’anxiété en cas d’échec du traitement classique.  

Ils peuvent être donnés en complément d’un antidépresseur dans le cadre d’une dépression. Les plus récents sont regroupés sous le terme antipsychotiques.

Mécanisme d’action

Les neuroleptiques agissent sur le système dopaminergiques, qui régule la vie émotionnelle, le contrôle de la motivation, la capacité d’adaptation, la perception. Ils sont efficaces sur les délires, les hallucinations.

Ils ont une action sédative,  ce qui les rend indispensables en cas d’agitation ou d’angoisse importante.

Ils désinhibent et créent ainsi un état d’indifférence, ce qui améliore la perception de la réalité du patient.

Conseils d’utilisation

L’efficacité n’apparait qu’entre 2 et 6 semaines, un suivi psychiatrique étant indispensable en complément du traitement.

Ils sont déconseillés durant la grossesse et l’allaitement

En savoir plus

Thymorégulateurs, pour une humeur plus stable

Indication

Les thymorégulateurs font partie de la famille des psychotropes et ils régulent l’humeur, d’où leur autre nom, les "stabilisateurs de l'humeur". Il s’agit essentiellement des sels de lithium (plus communément appelés lithium) et de certains antiépileptiques et neuroleptiques.

Le lithium est indiqué dans le traitement de l’accès maniaque et la prévention des rechutes dans le trouble bipolaire.

Mécanisme d’action 

Le mécanisme d’action reste mal connu, le lithium semble agir à plusieurs niveaux, sur l’activité du système nerveux central et donc les neurotransmetteurs. Son action se ferait sur la cellule située après la synapse, par l’intermédiaire de l’AMP cyclique et des phosphoinositides. Le lithium aurait également un effet neuroprotecteur, protégeant les neurones.

Conseils d’utilisation

Un suivi psychiatrique est indispensable à la prise en charge du trouble bipolaire.

La surveillance du dosage est obligatoire : la quantité de lithium dans le sang (la lithiémie) est évaluée par une prise de sang régulièrement. La grossesse doit être programmée afin de pouvoir diminuer le médicament avant la conception. Le médicament passe dans le lait maternel, rendant l’allaitement incompatible avec le traitement.

En savoir plus

Sponsorisé par Ligatus