Urgences : le cri d’alarme des services de secours du Bas-Rhin

Urgences : le cri d’alarme des services de secours du Bas-Rhin

Selon les syndicats des Hôpitaux universitaires et des pompiers de Strasbourg le manque de moyens et une saturation des services de secours mettent en danger la population.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

"La population bas-rhinoise est en danger, les secours aux personnes ne sont plus dispensés de façon efficace", déclarent la CGT-Santé des Hôpitaux universitaires de Strasbourg (HUS) et le syndicat autonome des pompiers du Bas-Rhin (SPP-PATS67) à Edouard Philippe. Dans une lettre adressée au Premier ministre le 29 août, ils évoquent un manque de moyens matériels et humains.

"Les délais d'intervention peuvent s'allonger jusqu'à deux heures"

D’après les syndicats, les pompiers, les ambulances privées et les équipes médicales sont obligés d’attendre "de longues et précieuses minutes avant de pouvoir transmettre leur bilan au centre 15". C’est pourtant le centre 15 qui doit donner un avis médical et orienter les secours. "Il est courant que des ambulances fassent la file et attendent devant les sas d'admissions des urgences que leur victime ou patient soit pris en charge", ajoutent les organisations syndicales.

Autour de Strasbourg, ce temps d’immobilisation cumulé peut atteindre 10 à 12 heures par jour. "Les délais d'intervention peuvent s'allonger jusqu'à deux heures", en concluent les syndicats. Comme l’indique Cyril Grandpre, le président du SPP-PATS67, même lors d’une "petite journée", les pompiers peuvent faire 36 interventions pour des urgences vitales et intervenir 26 fois quand il manque des ambulances. Entre pompiers et urgentistes, "nous n'avons aucune interface numérique, notre seul lien est le téléphone, alors que l'idéal serait d'avoir des procédures communes dans un lieu commun", précise Cyril Grandpre. La création d’une plateforme commune fait notamment partie de ses revendications.

"Cette dégradation va continuer à produire des drames"

Les services de secours de Strasbourg avaient fait parler d’eux en mai dernier, après le mort de Naomi Musenga. Il avait en effet été révélé qu’en décembre 2017, la jeune Strasbourgeoise, victime de graves maux de ventre et constatant des saignements, avait appelé le 15. Au standard, elle avait expliqué qu’elle "allait mourir". Mais l’opératrice des pompiers ne l’avait pas prise au sérieux. Naomi Musenga s’était finalement vu conseiller de contacter elle-même SOS Médecins. Elle avait réussi à joindre les urgences cinq heures plus tard. On lui avait alors envoyé le Samu. Elle était décédée l’hôpital, victime d’un infarctus et transférée en réanimation.

Mais même avant cette tragédie, les services de secours constataient de graves dysfonctionnements. "Cette dégradation générale de la qualité de réponse des services d'urgences va continuer à produire des drames de plus en plus nombreux", expliquent les syndicats dans leur lettre. Ceux-ci demandent donc une réunion d’urgence avec l'Agence régionale de santé, le Service départemental d'incendie et de secours et les Hôpitaux universitaires de Strasbourg.