Une femme sauve son père grâce aux conseils téléphoniques d'un pompier

Les pompiers du Nord ont publié sur Facebook l’enregistrement de l'appel d'une femme paniquée face à son père, inconscient. Grâce aux indications du professionnel, cette femme a sauvé son père. 

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

"Mon père…c’est urgent…il ne respire plus". Au bout du fil, une femme, affolée et en pleurs. Pour lui répondre, un pompier de Thumeries (dans le Nord). Par des mots simples et rassurants, il va l’accompagner, lui indiquer les bons gestes à faire pour s'occuper de son père, en arrêt cardiaque, en attendant l’arrivée des secours. Pour un résultat des plus heureux : l’homme a survécu à l’intervention conjointe de sa fille et des professionnels.

"Je ne vais pas vous laisser toute seule"

L’enregistrement de l’échange entre cette habitante de Moncheaux et le pompier a été rendu public -avec l’accord de la famille- par le SDIS (Service départemental d’incendie et de secours du Nord) ce jeudi 21 juin, sur leur page Facebook.  La scène se déroule le 24 décembre dernier.

"Ne criez pas, respirez", indique doucement le pompier. "Vous allez près de votre papa, vous le mettez pas terre, sur le dos, torse nu… continue-t-il. Et vous massez."

"Je ne vais pas vous laisser toute seule"

 

Avec bienveillance et avec des mots simples et encourageants, le pompier guide la fille du malade pour qu’elle pratique un massage cardiaque, qui s’avérera décisif. "Vous appuyez bien au milieu de la poitrine, avec le talon de la main. Il ne faut jamais s’arrêter, il faut faire marcher le cœur. Tant que les pompiers ne sont pas là, vous massez."

"Je ne vais pas vous laisser toute seule", assure le pompier durant l’échange de 2 min 20 rendu public, qui a en fait duré une dizaine de minutes.

Le pompier tient parole et l’équipe de secours arrive rapidement pour prendre le relai et administrer au malade un choc électrique pour faire repartir le cœur.

L’enregistrement de cet appel n’est pas sans en rappeler un autre. Celui de la jeune Naomi qui appelait le Samu de Strasbourg et qui, moquée et rabrouée par l'opératrice, est décédée. Suite à cet accident, un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) a révélé que "la procédure de régulation" du SAMU  n’était "pas conforme aux recommandations de bonnes pratiques et source de risque pour les patients ". Suite à la publication de ce rapport, le responsable du Samu strasbourgeois a démissionné.