Entretien avec le Dr Patrick Pelloux, président de l'Association des médecins urgentistes de France.
Entretien avec le Dr Patrick Pelloux, président de l'Association des médecins urgentistes de France.

Hôpitaux de Paris : un nouveau plan pour les Urgences

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) a dévoilé, ce mardi 10 juin 2014, son dernier plan d'amélioration des Urgences. Elle reconnaît la place grandissante de ces services pour soigner les Franciliens et s'engage à réduire par deux le temps d'attente moyen aux Urgences, qui est actuellement de 4 heures pour un adulte. 

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Aujourd'hui proche de 4 heures pour les adultes, le temps moyen de prise en charge (soit le délai entre l'arrivée à l'hôpital et la sortie quand il n'y a pas d'hospitalisation) sera ramené à 2 heures, et pour les enfants, de 2h25 à moins d'une heure, promet l'AP-HP.

"C'est un sacré challenge, on sait qu'on y arrivera en cinq ans, on sait qu'on y arrivera sur certains sites plus rapidement", a assuré devant la presse Martin Hirsch, directeur de l'AP-HP.

L'idée du plan est d'"aider à mieux orienter, en travaillant avec la médecine de ville, avec les pompiers, les structures médico-sociales" pour faire en sorte que le recours aux urgences ne soit pas systématique "si on peut proposer autre chose", a résumé M. Hirsch.

Pour le Dr Patrick Pelloux, interrogé sur le plateau du Magazine de la santé, "c'est un souhait des associations de patients et des usagers qui est tout à fait légitime. Il faut que l'accueil change au sein des Urgences. La volonté du directeur général est donc intéressante".

Pour réduire les délais, l'AP-HP évoque la possibilité de généraliser les circuits courts dédiés aux patients dont l'état ne nécessite pas d'hospitalisation, ni d'examens biologiques ou de radiologie compliqués – ce qui est le cas pour 20% chez les adultes, 40 à 50% chez les enfants. Cela permet de faire rapidement le tri de ces patients et de les évaluer.

Les mesures seront détaillées avant l'hiver 2014-2015, a annoncé l'institution dans un communiqué de presse.

Augmenter la fluidité

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris souhaite aussi "renforcer la fluidité avec l'aval des Urgences", c'est-à-dire les services qui vont par la suite prendre en charge les patients.

L'idée est, par exemple, d'orienter certains patients appellant le 15 vers des médecins généralistes exerçant dans un cabinet ouvert le soir. L'AP-HP mise en outre sur le milieu associatif (médecins retraités ou jeunes bénévoles) pour établir un lien entre les familles, patients et le personnel soignant aux urgences mêmes, où les conditions d'accompagnement des proches devraient également être assouplies.

"Il y a trois types de patients qui arrivent aux Urgences", explique Patrick Pelloux, "ceux qui viennent pour une consultation rapide, les patients qui nécessitent un bilan et les Urgences vitales". Il s'agit donc d'adapter les prises en charge au type de besoins des patients. 

 

VOIR AUSSI :