Les médecins pessimistes pour leur avenir

C'est une consultation sans précédent qui met en lumière le malaise des professionnels de santé. Le Conseil de l'Ordre a interrogé plus de 35.000 médecins : des praticiens hospitaliers, libéraux, travaillant dans les écoles ou encore les entreprises. Les trois quarts d'entre eux sont inquiets pour l'avenir de leur profession. 

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Il y a tout de même une bonne nouvelle dans ces résultats : la médecine reste un métier-passion. Selon cette enquête, 89% des médecins se disent fiers de leur métier, pourtant 74% sont inquiets quant à l'avenir de leur profession. Individuellement, ils sont même 86% à envisager le futur avec pessimisme.

"Il y a un sentiment de fédération de la profession. Une profession qui se sent inquiète, menacée, qui a envie aussi de travailler plus en collectif", estime Bernard Sananès, président de l'institut de sondage Elabe.

Trop de papiers, pas assez de soins

Comment expliquer ce malaise ? 57% des médecins estiment que leur charge de travail est trop importante ; 82% d’entre eux jugent que le système de santé se dégrade depuis 10 ans. Mais le principalement mécontentement vise les pouvoirs publics : 93% des médecins rejettent les orientations actuelles, qui tendraient à trop les éloigner de la médecine.

Pour le Dr Patrick Bouet, président de l'Ordre national des médecins, "les médecins aujourd'hui disent nous voulons que le temps médical soit le temps de notre activité. Nous voulons faire du soin, nous voulons faire de la médecine. Et en miroir, les Français disent la même chose : on attend du médecin qu’il s'occupe de nous. Les médecins disent aussi : il y en a assez de cette surcharge administrative, environnementale, qui fait qu'une partie de notre activité de plus en plus importante est détournée pour de l'administratif et pas de la production de soins."  

Un sentiment partagé par une immense majorité de médecins : 98% estiment qu'ils font aujourd'hui trop de paperasse et pas assez de soins.