Tous les soignants n'approuvent pas le "Ségur de la santé".
Tous les soignants n'approuvent pas le "Ségur de la santé".

Ségur de la santé : la grogne continue

L'accord signé le lundi 13 juillet 2020 par certaines organisation syndicales et le gouvernement ne fait pas l'unanimité chez les soignants. Des milliers de personnes ont défilé dans la rue dès le lendemain de sa signature.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Le gouvernement et des syndicats majoritaires ont signé lundi 13 juillet 2020 un accord à 8,1 milliards d'euros pour les personnels hospitaliers. Cet accord, qualifié d'"historique" par Matignon, est néanmoins vivement critiqué par certaines organisations de soignants.

Promis par le président de la République au plus fort de la crise du Covid-19, ce "Ségur de la santé" , prévoit une enveloppe pour les personnels paramédicaux (infirmiers, aides-soignants) et les personnels non médicaux (agents techniques, administratifs...).

"L'heure n'est pas à la réjouissance"

Cette enveloppe doit financer notamment des hausses de salaire, une majoration des heures supplémentaires et des recrutements. Trois syndicats de la fonction publique hospitalière ont signé l'accord sur les personnels non médicaux : FO, la CFDT et l'Unsa. Les deux autres syndicats représentatifs, SUD et la CGT, n'ont pas validé la proposition du gouvernement.

"Pour l'instant, l'heure n'est pas à la réjouissance mais à la déception, déception d'autant plus grande que les attentes étaient fortes", a estimé dans un communiqué la CGT, pour qui le "Ségur " n'a pas permis de traiter de l'ensemble des problèmes".

Concernant les médecins, trois syndicats majoritaires ont également donné leur feu vert : l'INPH, le CMH et le Snam-HP. Les deux autres syndicats représentatifs (APH et Jeunes médecins) ont dénoncé des arbitrages "incompréhensibles".

Une manif juste après l'hommage aux soignants

A l’appel de la CGT, de SUD et du Collectif Inter-Hôpitaux, plusieurs milliers de personnes ont manifesté mardi 14 juillet à Paris et en région pour dénoncer les accords conclus. Le défilé était organisé quelques heures après la cérémonie d'hommage aux personnels soignants, place de la Concorde dans le cadre des célébrations du 14 juillet. 

"Le Covid a montré qu'on avait besoin de lits, on ne les a pas", a expliqué dans le cortège parisien Guillaume Rosey, infirmier en neurologie à Maubeuge. "Il y a beaucoup de choses qui n'ont pas été abordées et on ne peut pas être satisfaits. On avait demandé 300 euros pour avoir un salaire moyen au niveau de celui (existant) dans l'OCDE".

"Il n'y a pas d'interruption des fermetures de lits"

Ces mesures "n'ont pas répondu aux attentes", et notamment au "minimum de 300 euros pour tous les agents", a estimé Paule Bensaid, infirmière dans un EPSM (établissement pour adulte handicapé) à Lille, en insistant sur le manque de moyens de l'hôpital public : "là où je travaille, on n'a pas eu de masque avant le 30 avril".

"Certes nous avons eu une augmentation mais cet accord ne garantit pas une meilleure organisation du travail ni l'interruption des fermetures de lits, ce qui était pour nous primordial", a dénoncé Laurence Lagoubie, secrétaire gironde CGT santé et action sociale.

Des carrières à l'hôpital pas assez attractives

L'accord sur la rémunération des médecins hospitaliers est très décevant pour les praticiens en début de carrière et pour tous ceux qui assurent des gardes, ont dénoncé deux organisations non signataires. "Ce sont les débuts de carrière qui sont sacrifiés, alors qu'ils sont l'avenir de l'hôpital", a ajouté Lamia Kerdjana, du syndicat Jeunes médecins. Pour ces deux syndicats, l'accord ne permet pas de répondre au manque d'attractivité des carrières médicales à l'hôpital public, bien moins rémunératrices que dans le secteur privé. Notamment car il ne change rien au décompte et à la rémunération des nombreuses heures de garde de nuit.

"Cet accord n'est pas majoritaire, c'est un mensonge!" s'est exclamé Patrick Pelloux, de l'Association des médecins urgentistes de France (AMUF), qui a réclamé un "big bang" pour attirer les jeunes générations de médecins vers une carrière à l'hôpital public.

Promesse "de nouvelles mesures"

Les personnels de santé ont "encore des attentes" a reconnu mardi Olivier Véran, le ministre de la Santé et des Solidarités. (…) qui portent non pas sur la revalorisation des salaires mais sur l'organisation de l'hôpital, les lits, le personnel, l'organisation du travail, la formation ».

Le ministre de la Santé et des Solidarités qui a promis d'y répondre la semaine prochaine par de nouvelles mesures "non salariales ".