35 heures à l'AP-HP : un accord signé

35 heures à l'AP-HP : un accord signé

Le directeur général de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), Martin Hirsch, est parvenu mardi 27 octobre 2015 à un accord avec un seul des syndicats représentés, la CFDT, sur son projet de réforme des 35 heures, à l'origine d'un long conflit social.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

"Après cinq semaines de négociation intenses", la direction générale et le troisième syndicat de l'AP-HP ont trouvé un terrain d'entente sur "l'organisation et le temps de travail", louant, dans un communiqué, une réforme "importante et équilibrée".

"Il faut s'en féliciter", a dit à l'AFP Danielle Mezzarobba (CFDT). "Le rapport de force syndical qui existait avant l'été n'est plus là, on prenait le risque que le directeur général applique sa réforme telle qu'il l'avait proposée ; pour nous, ce n'était pas possible".

Les deux syndicats majoritaires de l'institution, la CGT et SUD, mais aussi FO, la CFE-CGC, la CFTC et l'Unsa, ont refusé de négocier avec Martin Hirsch depuis le lancement officiel du projet de réforme en mai dernier.

Après cinq journée de grève et autant de manifestations rassemblant plusieurs milliers de personnes dans la capitale, la CFDT avait fini par se désolidariser de l'intersyndicale et par revenir à la table des discussions fin septembre, pour ne pas se retrouver "le bec dans l'eau".

Car si Martin Hirsch a toujours dit vouloir parvenir à un accord, rien ne l'empêchait de réformer l'organisation des 39 établissements de l'AP-HP sans l'aval des syndicats.

Cet accord concerne le travail des 75.000 salariés non-médecins de l'institution. Principale mesure : ces personnels paramédicaux et administratifs perdront entre deux à six jours de RTT par an, mais travailleront une vingtaine de minutes en moins chaque jour. La CGT et SUD, qui n'avaient pas souhaité s’asseoir à la table des négociations, appellent à de nouvelles journées de mobilisation.