Hospitalisation : êtes-vous satisfait ?

Etes-vous satisfait ? C'est la question posée par la Haute Autorité de Santé (HAS) aux patients hospitalisés dans les cliniques et hôpitaux français. L'organisme publie aujourd'hui les résultats de cette enquête nationale lancée en septembre 2015. Quels efforts doivent encore faire les établissements de santé pour offrir des soins de meilleure qualité ? 

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Si vous avez été hospitalisé plus de deux jours cette année, la Haute Autorité de Santé vous a sans doute sollicité par mail pour donner votre avis sur des thématiques aussi diverses que la prise en charge de la douleur, la collaboration des professionnels de santé ou le déroulement de votre examen médical. En 2015, plus de 56.000 questionnaires d'évaluation ont été récoltés par l’organisme de santé. Et les patients sont généralement satisfaits.

Le point fort des hôpitaux et des cliniques évalués : la prise en charge du patient. Avec une note de 80,7/100. Le gros point faible est en revanche la gestion de la sortie de l'hôpital. "Les patients estiment qu’ils ont été peu informés, qu’une lettre de sortie ne leur a pas été donnée, que les ordonnances ne sont pas conformes et cela rejoint les observations que nous faisons dans les visites de certification des établissements. Clairement, il y a un déficit d’organisation et d'anticipation des sorties, un défaut de coordination entre l’hôpital et la ville", estime Agnès Buzyn, présidente du collège de la HAS.

Un constat qui peut avoir de lourdes conséquences dans le parcours de soins des patients. "Une sortie mal préparée est un vecteur d’inégalités sociales, avec d’un côté, ceux qui ont du réseau, qui vont savoir où appeler, comment se repérer, et qui vont à peu près arriver à s’en sortir. Et de l’autre, ceux qui ont moins de réseau, qui ne vont pas trouver, qui vont peut-être se retrouver de nouveau hospitalisés… Ce qui n’est vraiment pas une bonne chose, ni pour notre système de santé, ni pour la qualité des soins, ni pour la sécurité des patients", explique Sylvain Fernandez-Curiel, du Collectif interassociatif de santé.

La qualité des repas, l’information et l'écoute des patients est aussi pointée du doigt. En revanche, les progrès sont réels dans la prise en charge de la douleur. Réels, et récompensés. Un bonus financier sera en effet versé aux établissements les plus vertueux.

Pour l'instant, le nombre de questionnaires remplis n’a pas permis de noter tous les établissements. Mais les premiers résultats sont déjà disponibles sur le site Scopesante.fr