Dépakine : Sanofi mis en examen pour homicides involontaires

Dépakine : Sanofi mis en examen pour homicides involontaires

Le juge a estimé que l’antiépileptique prescrit pendant des décennies à des femmes enceintes avait causé non seulement de nombreux problèmes de santé chez leurs enfants, mais également des décès.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Déjà au coeur d’une procédure judiciaire pour tromperie aggravée et blessures involontaires, le laboratoire Sanofi vient de se voir ajouter un nouveau chef d’accusation. L’ajout de l’homicide involontaire à la liste représente « une très grande victoire pour les familles de victimes de la Dépakine », réagit l’APESAC (aide aux parents d’enfants souffrant du syndrome de l’anti-convulsivant) dans un communiqué.

Le juge a pris la décision de placer le laboratoire sous contrôle judiciaire. Selon l’APESAC, « il a estimé que le lien, entre la Dépakine et les dégâts engendrés sur les foetus, était scientifiquement établi », et que les dommages causés par Sanofi étaient « d'une gravité exceptionnelle ».

A lire aussi : Dépakine® : encore trop de prescriptions aux femmes enceintes

« Attitude ignoble de Sanofi »

L’association salue un « signal fort de la part du juge » et dénonce le mépris du laboratoire, « que ce soit dans les procédures civiles ou dans les procédures amiables à l’ONIAM ». L’APESAC enjoint Sanofi à faire preuve « de morale, d’éthique pour que ces enfants puissent être soignés ».

La présidente de l’APESAC Marine Martin rappelle que « des vies sont en jeu » et "qu’une indemnisation est nécessaire pour que les enfants Dépakine soient soignés".  « Je veux cesser d’aller à des enterrements, comme récemment celui de Cédric décédé suite à ses problèmes en lien avec la Dépakine. »

A lire aussi : Dépakine : L’Etat reconnu responsable par la justice