1. / Maladies
  2. / Maladies infectieuses et tropicales

Quinze enfants contaminés par un staphylocoque doré en Corse

Une quinzaine d'enfants a été infectée début août par des bactéries de type staphylocoque doré, dans le village de Vivario, en Haute-Corse.

Rédigé le

Quinze enfants contaminés par un staphylocoque doré en Corse
Une quinzaine d'enfants de 5 à 12 ans ont été infectés par le staphylocoque doré à Vivario

La fête aura été de courte durée pour une quinzaine d’enfants âgés de 5 à 12 ans qui, après avoir participé à une fête de village en Haute-Corse, ont développé des abcès et des furoncles aux coudes et aux jambes provoqués par une infection à staphylocoque doré, une bactérie très contagieuse et connue pour provoquer des infections cutanées suppuratives.

Le staphylocoque doré : médaille d’or des infections nosocomiales

Courant dans notre environnement, le staphylocoque doré ou Staphylococcus aureus est retrouvé, en dehors de toute pathologie, sur la peau d'environ 30% des sujets sains. Il n’est pathogène qu’en cas de rupture de la barrière cutanée ou des muqueuses (coupure, brûlure...)

Il peut alors être à l’origine d’infections cutanées de formes multiples : furoncles, panaris, impétigo, abcès mammaire... Les infections des muqueuses sont également fréquentes (pneumonies, conjonctivites).

Ces infections cutanéo-muqueuses sont susceptibles de se compliquer en septicémies (infection du sang) et d’atteindre des localisations secondaires multiples : os, articulations, rein, cerveau, coeur.

Le traitement repose sur la prise d’antibiotiques. Il s’avère de plus en plus difficile car de nombreuses souches sont désormais multirésistantes aux antibiotiques.

S. aureus partage avec la bactérie Escherichia coli le premier rang des germes responsables d’infections nosocomiales (contractées à l’hôpital).
 

Les enfants, dont les symptômes se sont déclarés au cours de la première quinzaine d’août, ont tous reçu un traitement à base d'antibiotiques et de pommade, et semblent aujourd'hui rétablis ou en passe de l'être.

Dans un communiqué daté du 20 août, l’Agence régionale de santé (ARS) indiquait que ces contaminations seraient liées aux jeux d'eau d'une structure gonflable installée à l’occasion de la fête du village, le 1er août 2015. "La structure n'est pas la cause de l’infection, mais elle a constitué un facteur facilitateur pour la transmission interhumaine (contacts rapprochés)", y précise Jean-Jacques Coiplet, directeur général de l’ARS de Corse.

D’après Corse-Matin, une évaluation des risques par la direction générale de la santé (DGS) et l'Institut de Veille Sanitaire (InVS) est en cours de réalisation.

L'ARS recommande aux personnes qui ont assisté à la fête de Vivario le 1er août et présentent des symptômes cutanés de se rendre chez leur médecin traitant pour contrôler les éventuelles lésions et recevoir, si nécessaire, un traitement.

Si de nouveaux cas surviennent, ils doivent être signalés auprès des services de l'ARS de Corse au 04.95.51.99.88 ou à l'adresse mail: ars2a-alerte@ars.sante.fr