1. / Maladies
  2. / Maladies infectieuses et tropicales
  3. / Coronavirus

Un spray nasal pour bloquer le covid ?

Une équipe de chercheurs de la Sorbonne travaille sur un spray nasal capable de bloquer le virus et de l’empêcher d’infecter les poumons. 

Rédigé le

Un spray nasal pour bloquer le covid ?

Se protéger du coronavirus avec une simple pulvérisation dans le nez ou la bouche. C’est l’espoir d’une équipe de chercheurs français. Ils ont développé une molécule qui serait capable de bloquer temporairement l’infection des voies respiratoires par le virus.  

Un traitement préventif

Selon le Pr Philippe Karoyan, pharmacologue à la Sorbonne, “l’objectif est de l’utiliser en prophylaxie, en prévention, idéalement en sortant de chez soi et en rentrant en contact avec d’autres personnes. Avant de rentrer en contact bien sûr, on fait une pulvérisation et on serait protégés pendant 3 heures”.  

Pour développer ce spray, les équipes du Pr Karoyan se sont intéressées à la manière dont le coronavirus infecte nos cellules respiratoires. Il est recouvert par la protéine Spike qui lui permet de s’accrocher à un récepteur de nos cellules pour y entrer et les infecter. 

Le spray agirait comme un leurre pour le virus. La molécule imite les récepteurs de nos cellules. Elle vient se fixer sur la protéine Spike, et empêche le virus de pénétrer dans la cellule.  

Un projet à tester sur l’homme et l’animal 

Un projet prometteur, mais attention : cette étude est encore en cours de validation par une revue scientifique. Le Pr Philippe Karoyan explique : “aujourd’hui, nous avons un produit qui est efficace sur cellule, et bien sûr il faut démontrer l’efficacité chez l’animal, in vivo, avant de pouvoir passer chez l’homme. La prochaine étape ici est de réaliser une étude in vivo chez l’animal”. 

La piste du spray est également étudiée par une équipe de l’université de San Francisco. Ces produits ont un avantage : ils peuvent se développer rapidement. S’ils fonctionnent, ils pourraient être disponibles d’ici 6 mois et permettre de porter moins souvent le masque. 

 

Voir aussi sur Allodocteurs.fr