1. / Maladies
  2. / Cerveau et neurologie

Des cerveaux maintenus en vie… sans corps !

Des chercheurs ont réussi à restaurer la circulation sanguine de plusieurs cerveaux de cochons décapités.

Rédigé le

Des cerveaux maintenus en vie… sans corps !
Les cerveaux des cochons n’ont pas retrouvé de conscience, mais des milliards de cellules étaient en bonne santé.

Des cerveaux de cochons décapités maintenus en vie pendant 36 heures : on pourrait croire à une plaisanterie, et pourtant, la nouvelle est bien vraie. L’équipe du chercheur Nenad Sestan, neuroscientifique à l’Université de Yale, a réalisé cette expérience sur près de 200 cerveaux de porcs, comme le révèle la revue américaine MIT Technology Review.

Un espoir pour la recherche sur la maladie d’Alzheimer

Le Pr Sestan a décrit le fonctionnement de son expérience à l’occasion d’une réunion organisée par les Instituts nationaux américains de la santé (NIH) le 28 mars. Son équipe a restauré la circulation des vaisseaux sanguins présents dans les cerveaux grâce à un système de pompes et de poches de sang artificiel chauffé à température corporelle. Les cerveaux n’ont pas retrouvé de conscience, mais des milliards de cellules étaient en bonne santé et capables d’assurer une activité normale, indique le chercheur.

Selon lui, cette découverte est une avancée majeure dans la recherche sur l’oxygénation des vaisseaux du cerveau. Durant sa présentation, Nenad Sestan a affirmé que cette technique pourrait probablement fonctionner sur toutes les espèces, primates inclus. Elle constitue donc un espoir pour la recherche sur les traitements de certains cancers et de la maladie d’Alzheimer.

De nombreuses questions éthiques

Mais les questions éthiques soulevées par cette découverte sont nombreuses. Et si cette technique était utilisée sur des humains ? Si le cerveau d’une personne était détaché de son corps puis réanimé, la personne serait-elle consciente ? Et que faire de ce cerveau par la suite ?

Selon le Pr Sestan, les cerveaux pourraient être gardés en vie indéfiniment, et restaurer la conscience est envisageable. Il n’a néanmoins décidé de tenter ni l’un, ni l’autre, car ce territoire est encore "inexploré". Le 25 avril, la revue Nature a publié une tribune demandant une réglementation spécifique sur les expériences sur le cerveau humain, signée par le Dr Sestan.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr