1. / Maladies
  2. / Cerveau et neurologie
  3. / AVC, rupture d'anévrisme

Tchat : AVC

Tchat du 6 décembre 2011 de 15h à 16h : Les réponses du Pr. Mathieu Zuber, neurologue, et de Karine Delacour, orthophoniste

Rédigé le

Tchat : AVC
Tchat : AVC
Sommaire

Les réponses du Pr. Mathieu Zuber, neurologue

  • On m'a opéré d'un angiome caverneux qui a saigné. Les symptômes étaient les mêmes que pour l'AVC. Quelle est la différence entre les deux maladies et sont-elles aussi dangereuses l'une que l'autre ?

L'angiome caverneux est une cause d'AVC hémorragique. En vous opérant, on a retiré la cause de saignement, donc a priori vous êtes guéri.

  • Mon mari a fait un A.I.T et depuis il a des maux de tête fréquents et des insomnies. Est-ce normal ?

Il n'y a pas de relation évidente, mais il faut tout de même vérifier qu'il n'y a pas d'hypertension artérielle importante.

  • Je n'ai pas fait d'AVC et j'espère ne pas en faire mais vous pourriez peut-être m'aider en tant que neurologue. J'ai mal à la tête (douleur sourcil gauche) depuis dimanche soir et malgré avoir pris des antalgiques, la douleur ne part pas. Je suis cloué au lit car tout effort augmente ce mal de tête pulsatile. Je n'ai ni fièvre, ni autres symptômes (photophobie...) juste des céphalées. Est-ce une méningite ?

Votre mal de tête n'a rien à voir avec un AVC. Peut-être s'agit-il d'une migraine, ou d'un problème d'hypertension artérielle : demandez un avis médical pour le diagnostic et être soulagé.

  • Quels sont les premiers signes d'un AVC ?

Hémiplégie, aphasie, vision double ou amputée d'un côté, troubles sensitifs d'un côté, troubles de l'équilibre.

  • Il m'est arrivé lors de conversations de ne plus pouvoir parler pendant quelques secondes, et d'avoir des fourmillements sur le haut de la tête. Est-ce une forme d'AVC ?

Non si cela se répète toujours de la même façon, et arrive dans des circonstances particulières (stress). Sinon, décrivez les symptômes plus complètement à un médecin.

  • Après l'annonce du décès d'un proche, mes mains se sont paralysées quelques minutes, est-ce que cela peut être un AIT (accident ischémique transitoire) ? Depuis cette période, j'ai aussi des pertes de mémoire et des excès de colère fréquents après lesquels mon visage tremble. Dois-je consulter ?

Je ne pense pas que ces signes indiquent un AVC (leur caractère bilatéral est rassurant). Ceci dit, il est sans doute possible de vous aider : n'hésitez pas à consulter.

  • Il y a un mois, mon père a fait un AVC. Il parle, mais ne bouge toujours pas sa main droite. Il progresse au niveau de l'épaule, avant-bras mais ne sent toujours pas sa main. A-t-il une chance de la récupérer ?

Oui, on est encore tôt après un AVC. On peut encore récupérer 6 mois plus tard.

  • J'ai fait, il y a 15 jours, une thrombo-phlébite cérébrale suivie d'une petite hémorragie. Peut-on parler d'AVC ?

Oui, l'atteinte des veines est une cause d'AVC rare, mais c'est possible.

  • Est-ce que les excès de colère fréquents et intenses peuvent provoquer des AVC chez un sujet de 22 ans ?

On ne connait pas bien la relation entre stress, énervement et AVC. Ceci dit, ces coups de colère peuvent favoriser l'hypertension artérielle, elle-même facteur de risque, donc lien indirect non exclu.

Non si, en plus, vous ne fumez pas et ne prenez pas la pilule.

Non, pas de relation.

La dissection de l'artère carotide est une cause d'AVC du sujet jeune. On vous a sans doute donné un traitement anticoagulant pour quelques mois : c'est précisément pour vous protéger d'un AVC.

  • Dans le cas d'un AVC ischémique traité à la phase aiguë par anticoagulant, peut-on associer aspirine et AVK dans la prévention secondaire ?

Cela n'est fait que dans des cas très particuliers. En règle générale, non (risque de saignement trop important).

  • Mon père avait des piqûres d'anticoagulants dans le ventre pour fluidifier son sang. Pourquoi ça n'a pas marché ?

Malheureusement, aucun traitement n'est efficace à 100 %. Votre père avait un très bon traitement de prévention.

  • Pourquoi ne prescrit-on pas aspirine ou Asaflow® à titre préventif ?

On prescrit très souvent de l'aspirine, parfois du clopidogrel (Plavix®), parfois des anticoagulants.

La plaque ne bougera sans doute pas, mais va être plus solide avec le temps, ce qui diminue le risque d'AVC.

  • Après avoir fait un AVC ischémique cérébelleux (41 ans et aucun facteur de risque), j'ai des sifflements dans les oreilles très désagréables. Y a-t-il une relation et une solution pour les diminuer ?

Je ne vois pas de relation claire. Des acouphènes (les sifflements que vous décrivez) peuvent apparaitre dans beaucoup de circonstances de la vie.

  • Est-ce qu'un soudain bégaiement ainsi que des troubles d'équilibre transitoires pourraient-être annonciateurs d'un léger incident ? Anticoagulation (Sintrom®) de prévention récidive thromboemboliques arrêtée il y a un mois, migraines fréquentes, avec et sans aura (traitement préventif en cours).

Je pense que vous devriez décrire plus complètement ces symptômes à votre médecin.

  • J'ai un angiome veineux cérébral inopérable à l'arrière du cerveau. Y a-t-il un risque pour un AVC ?

Non, un angiome veineux n'est qu'une particularité, sans risque d'hémorragie.

  • Suite à une endométriose péritonéale, je suis sous Harmonet® sur 31 jours. Mais je souffre d'une sténose de l'artère sous clavière gauche très serrée avec vol vertébral (Kardégic 160®) et d'hypertension artérielle (Aprovel 150®). Je diminue ma quantité de tabac dans le but d'un arrêt complet. Est-ce raisonnable de prendre un contraceptif sur 31 jours en raison des risques d'AVC ?

Je comprends votre question mais je pense que vous devez faire confiance aux médecins car ce traitement hormonal est important pour vous. Je pense qu'on vous proposera de surveiller votre sténose par dopplers sous votre traitement.

  • Faut-il faire un dépistage de ses enfants lorsqu'on a eu une rupture d'anévrisme cérébral ? Qu'en pensez-vous ?

Non, sûrement pas. Dans l'immense majorité des cas, il n'y a pas de facteur familial.

  • Quel mode de vie doit-on adopter pour éviter un AVC ?

Bonne hygiène de vie (pas de tabac, peu d'alcool), traiter bien sûr un éventuel diabète et surtout contrôler que l'on n'a pas d'hypertension artérielle (une fois par an).

  • Mon père a fait un AVC il y a deux semaines. Son cerveau a oublié son côté gauche (il parle presque normalement, mais ne bouge plus ni son bras, ni sa jambe). Quelles sont ses chances de pouvoir le réutiliser ? Comment pouvons-nous l'aider ?

Votre père souffre d'une hémiplégie accompagnée par une héminégligence (le fait qu'il oublie son côté gauche). À deux semaines post-AVC, il doit être pris en charge en rééducation. En attendant, il devrait être pris en charge au sein de l'hôpital par les kinésithérapeutes, orthophonistes, ergothérapeutes. Vous pouvez l'aider en le stimulant du côté gauche (placez-vous à sa gauche, demandez qu'il vous regarde, montrez lui son bras gauche, etc).

  • Un AIT laisse-t-il des séquelles visibles à l'IRM ou au scanner ?

Théoriquement non. Mais les symptômes peuvent disparaître rapidement (quelques dizaines de minutes) et laisser une trace à l'IRM : on parle d'AVC rapidement régressif plus que d'AIT...

  • Peut-on voir une amélioration après un AVC il y 4 ans avec paralysie du côté gauche chez un homme de 64 ans ? Il parle avec désinhibition mais sa mémoire est atteinte et il se déplace en fauteuil la plupart du temps.

Difficile mais des possibilités de réadaptation à certaines tâches de la vie quotidienne.

  • J'ai fait un AVC ischémique en 2008, cause indéterminée, dois-je suivre un traitement à vie ? Y a-t-il un risque de récidive ? Peut-il y avoir un rapport avec un carcinome urothelial pour lequel je suis suivi ?

Il est possible qu'un cancer modifie la coagulation et favorise un AVC : donc rapport possible.

  • Ma mère a fait un anévrisme cérébral, il était dû à une malformation de naissance. J'ai 52 ans, est-ce que je risque d'avoir une malformation identique ?

Si pas d'autre cas dans la famille, il n'y a pas de risque particulier.

  • Est-ce qu'une dissection de l'artère carotide est un AVC ? Peut-on vivre avec une artère totalement bouchée ?

On peut vivre avec une artère totalement bouchée, même une carotide, si la carotide de l'autre côté arrive à bien reprendre en charge le cerveau.

  • Je n'ai jamais eu de migraines et suite à un footing, j'ai ressenti un mal de tête énorme, comme si ma boîte crânienne se gonflait de sang et depuis à chaque effort c'est la même chose. La douleur se situe en haut du front. Une hypertension artérielle peut-elle se déclarer soudainement et peut-on la ressentir ?

Je vous conseille de consulter si ce symptôme se reproduit.

  • Suite à une rupture d'anévrisme cérébral (il y a 6 ans), je continue à me fatiguer très rapidement. Comment améliorer cela ?

La fatigue est un symptôme fréquent après un AVC, mal connu et mal reconnu. Il n'y a pas vraiment de traitement. Il est nécessaire de respecter des temps de repos pour récupérer.

  • Peut-on provoquer un AVC à cause d'un gros effort ?

Non, sauf si cela provoque une poussée d'hypertension extrême.

  • D'après mon expérience, après un AVC, la paralysie touche souvent le côté droit. Pourquoi ?

Vous n'avez pas tort : on pense que c'est pour des raisons de dominance du flux artériel : l'hémisphère cérébral gauche (qui commande la droite chez le droitier) porte plus de fonctions donc il appelle plus de sang, d'où le fait que les caillots partent plus volontiers vers ce côté.

  • Les pertes de mémoire sans aucune difficulté du langage peuvent-elles être des signes d'alerte ?

Non, il s'agit d'autre chose.

  • J'ai quasiment tous les mois une paralysie du côté droit avec problème d'élocution et il n'y a rien à l'IRM. À quoi cela peut-il être dû ?

Il y a des auras migraineuses sans céphalées, des crises épileptiques partielles, et d'autres causes encore : je vous conseille de consulter.

  • J'ai fait en 2001 un petit AVC thalamus gauche ischémique vu par IRM. Faiblesse côté droit, sensations exacerbées et fourmis, et sensations de carton subsistent, perte d'aisance d'écriture et pourtant pas de rééducation prescrite, car pas de signes flagrants extérieurs. Puis-je faire une rééducation au bout de dix ans ?

Une rééducation appropriée peut toujours (même longtemps après l'AVC) améliorer les gestes fins comme ceux de l'écriture.

  • Y a-t-il des localisations précises de céphalées pour déclencher un AVC ?

Non, mais il s'agit le plus souvent de céphalées diffuses.

  • Mon grand-père est atteint de démence fronto-temporale depuis 3 ans et a été victime d'un micro AVC il y a deux mois. Cela peut-il se reproduire ? Et si oui, comment prévenir un nouvel AVC ?

Il faut faire la prévention dont on a parlé (surveillance d'hypertension artérielle notamment).

  • Une ligne brisée lumineuse avec brouille de la vision pendant 15 minutes, toujours du côté gauche, et cela arrive plusieurs fois. Peut-il annoncer un AVC ?

Si c'est lumineux, ce n'est sûrement pas un AVC : sans doute une aura de migraine.

  • Etourdissements et migraines presque constantes quatre mois après un malaise vagal. Scanner normal, examen neurologique a priori normal. Un mois après le malaise, faut-il s'inquiéter ?

Non, voir si vous ne faites pas de l'hypotension.

  • J'ai souvent les deux bras engourdis au réveil, est-ce un signe avant coureur d'AVC ?

Non car signe bilatéral.

  • Un AVC se voit-il tout le temps sur une IRM ?

Presque toujours, oui : les IRM modernes sont très sensibles.

  • Il y a quelques années, j'ai subi pendant quelques minutes des troubles de la parole : difficultés à trouver des mots pour exprimer ce que je pensais. S'agit-il d'un AIT ? Dois-je consulter un médecin ?

Quelques années après, votre risque d'AVC lié à l'AIT éventuel est retombé. Mais pensez à vos facteurs de risque... (HTA, tabac,...)

Non pas forcément.

Non, pas de rapport entre les deux maladies.

  • Âgée de 63 ans, j'ai été victime d'un ictus amnésique provisoire en juillet 2008, suis-je plus sujette à faire un AVC ?

Pas de rapport entre les deux.

  • Mon père bougeait la jambe gauche après son AVC et après l'opération qu'il a subi pour son AVC. Est-ce qu'il a plus de chances de la récupérer ?

Malheureusement non, cela ne veut pas dire grand chose.

  • À ce jour, il semblerait que mon artère vertébrale droite soit complètement en occlusion ! J'ai souvent mal au cou ! Quelles sont les précautions à prendre ?

Pas de rapport. J'imagine qu'on surveille que votre autre artère vertébrale fonctionne bien.

  • Un enfant peut-il faire un AVC ?

Oui, mais c'est très rare. Les pouvoirs publics s'en occupent actuellement spécifiquement.

Les réponses de Karine Delacour, orthophoniste

  • Il faut soutenir les orthophonistes pour l'obtention du master 2 afin qu'ils puissent tous prendre en charge tous les patients (et notamment ceux ayant subi un AVC), et que les patients puissent accéder aux soins même en campagne.

Oui tout à fait. La question est à l'étude en effet. Il est tout de même intéressant de proposer une prise en charge spécifique pour les troubles du langage d'origine neurologique, ce qui demande des connaissances spécialisées en la matière.

  • Est-ce que vous envisagez une rééducation après un AVC sans orthophoniste, ou bien est-ce indispensable selon vous ?

Il y a indéniablement une récupération spontanée des troubles du langage dans les premiers jours après l'AVC mais la rééducation renforce cette récupération. Elle me semble donc primordiale et d'autant plus indispensable que les troubles sont importants. Elle doit dans ce cas intervenir le plus tôt possible après l'AVC pour être le plus bénéfique possible.

  • Êtes-vous pour une orthophonie à deux voies avec des orthophonistes spécialisés ?

Il ne s'agit pas d'une formation à deux vitesses, mais de proposer une prise en charge la plus appropriée possible pour des troubles spécifiques. Il est important que le maximum d'orthophonistes accèdent à ce master.

  • Les orthophonistes ont tous cette capacité de prise en charge neurologique aujourd'hui ! Si la réforme est maintenue, seuls quelques rares élus auront cette capacité d'où un accès très réduit aux soins pour les patients !

Oui en effet ce serait absolument regrettable que cette prise en charge soit "réservée" à quelques "élus".

  • J'ai fait en 1995 un problème d'aphasie type de Broca, pendant quelques jours, puis tout est rentré dans l'ordre sans séquelle (à l'époque je ne savais pas que cela pouvait être grave) . Ai-je plus de risques de faire un AVC dans le futur (j'ai 60 ans) ?

Après votre AVC, vous avez dû faire un bilan vasculaire qui en a déterminé les causes. C'est en fonction de cela que le médecin pourra vous dire quels sont les risques de récidive.

  • Donc il faut le master pour tous les orthophonistes, et ne pas se contenter de dire qu'il faut qu'un maximum d'orthos y aient accès ! Vous ne pensez pas ?

Tout à fait ! La prise en charge sera d'autant plus efficace que les orthophonistes seront nombreuses à être formées grâce au master. Rappelons donc la pétition Master 2 pour tous les orthophonistes (sur mesopinions), pour que tous les patients gardent la meilleure prise en charge possible avec un accès facile aux soins. J'y suis tout à fait favorable et je l'ai déjà signée en effet !

  • Mon conjoint a eu un AVC depuis quelques années. Aujourd'hui il ne souffre que d'une légère paralysie au visage. Peut-on espérer son amélioration suite à la rééducation ? Et risque-t-il d'avoir un deuxième AVC sachant qu'il ne souffre pas d'hypertension artérielle ?

De quand date l'AVC de votre mari ? A-t-il bénéficié d'une rééducation orthophonique ? Et aujourd'hui encore ? Cette paralysie le gêne-t-il pour parler ? Pour déglutir ? Si c'est le cas, en effet il serait souhaitable qu'il soit pris en charge en orthophonie.

  • J'ai eu des difficultés à parler pendant environ 10 minutes il y a quelques années, je ne pouvais plus finir mes mots et le généraliste a dit que c'était une crise de spasmophilie. Qu'en pensez-vous ? Cela s'est reproduit une deuxième fois avec des maux de tête et plus rien...

Il serait bien d'en parler à votre médecin et de prévoir un bilan auprès d'un neurologue.

  • Comment améliorer l'écriture d'un gaucher après quatre ans suite à un AVC côté gauche ?

Il serait peut-être intéressant de proposer un travail de motricité fine avec un ergothérapeute.

En savoir plus

L’accident vasculaire correspond à un arrêt brutal de la circulation sanguine au niveau du cerveau. Les AVC sont la plupart du temps dus à un caillot dans l’artère ou à une hémorragie, sorte de rupture des parois du vaisseau. Chaque année en France, 130 000 personnes sont victimes d’un accident vasculaire cérébral et près de 50 000 en meurent. Leur gravité dépend, bien sûr, de la localisation et de l'étendue des lésions cérébrales. Les conséquences sont, en général, immédiates et se traduisent par un déficit neurologique, moteur ou sensitif ou par une perte de mémoire ou de la parole.

Une meilleure connaissance des signaux d’alerte de ces accidents et des premiers symptômes favorisant leur survenue permettrait de sauver des milliers de vie chaque année. Ces AVC sont en effet pour près d’un tiers précédés d’accidents transitoires dont les symptômes sont brefs mais trop souvent négligés, ils doivent pourtant amener à consulter. Quels sont les principaux facteurs de risque, les moyens de prévention, les signaux d'alerte ? Quels sont également les traitements et les dernières découvertes ?

 

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Dans le forum :

Ailleurs sur le web :

Livre :

  • A.V.C.
    "Accident vasculaire cérébral"
    Jean-François Grégoire
    Ed. ASA, juin 2010
    Pour voir le livre et commander, cliquez : ICI