S'assure-t-on du capital humain du personnel des EHPAD et des maisons de retraite ?

S'assure-t-on vraiment du "capital humain" du personnel des EHPAD et des maisons de retraite lors de son recrutement ?

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Les réponses avec le Dr Sophie Moulias, gériatre, et avec Annie de Vivie, fondatrice du site Agevillage.com :

"Très franchement, je pense qu'il est important de dire aux recruteurs qu'il faut vraiment investir dans le temps du recrutement et dans le partage de la vision. Il y a des établissements où l'on propose des formations Humanitude et où des personnels ne restent pas car ils ne supportent pas ce cadre où on va être dans l'attention à l'autre, dans les soins totalement personnalisés… Ce n'est pas l'organisation qui gagne, c'est vraiment les personnes qui y vivent. Certaines personnes ne s'y font pas. Mais il y a d'autres personnels qui au contraire s'épanouissent dans cette approche.

"Il faut donc un temps où la direction de l'établissement va expliquer sa vision, ce qu'elle veut… et il y aura adhésion ou pas avec les personnels qui vont venir. Et investir ce temps-là est rentable. Si on a des personnels qui restent, on a moins de turnovers, moins d'absentéisme, moins d'arrêts de travail… c'est du temps de gagné pour mieux prendre soin des personnes et être tranquille soi-même et fier de ce que l'on fait."

"Il n'y a pas d'échelle pour quantifier l'humanité d'un être humain. Et en particulier en situation de stress et de violence comme cela peut être le cas quand on est soignant."