Ebola : décès d'un employé de l'ONU soigné en Allemagne

Ebola : décès d'un employé de l'ONU soigné en Allemagne

Un employé soudanais de l'ONU, contaminé par le virus Ebola au Liberia, et hospitalisé depuis le 11 octobre 2014 à Leipzig (Allemagne), est mort, selon une source hospitalière.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

"Le patient malade de la fièvre Ebola est mort dans le courant de la nuit à la clinique Saint Georges à Leipzig", a annoncé cette institution dans un court communiqué. "Malgré des soins médicaux intensifs et les plus grands efforts du personnel médical, le collaborateur de l'ONU de 56 ans a succombé à la grave maladie infectieuse". 

Cet homme était l'un des trois patients contaminés par Ebola que l'Allemagne avait jusqu'à présent accueillis. Le 4 octobre, le premier malade, un expert sénégalais de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), avait pu quitter, guéri, l'hôpital de Hambourg.

Un autre malade, un médecin ougandais travaillant pour une organisation humanitaire italienne, est soigné depuis le 3 octobre dans un hôpital de Francfort.

Réunion du Conseil de sécurité de l'ONU

Le Conseil de sécurité de l'ONU doit se réunir ce mardi 14 octobre, à New York, sur la propagation du virus Ebola, qui a fait plus de 4.000 morts.

Le président Barack Obama et le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, ont appelé la communauté internationale à redoubler d'efforts pour faire face à l'épidémie.

Les ministres de la Santé de l'Union européenne (UE) doivent se réunir jeudi à Bruxelles pour discuter notamment d'un renforcement des contrôles aux frontières et d'une meilleure coordination de la prévention face au risque de propagation de la maladie.

En France, la colère des infirmiers 

Un syndicat d'infirmiers a dénoncé lundi 13 octobre l'"omerta" des pouvoirs publics sur Ebola, alors que des personnels soignants ont contracté le virus en Espagne et aux Etats-Unis, une autre organisation syndicale redoutant, elle, un manque éventuel de personnels en cas d'épidémie en France.

En France, les infirmiers "manquent cruellement d'informations" de la part du ministère, des agences régionales de santé, des hôpitaux. "Que faire quand un cas suspect se présente ? Dans les hôpitaux, nous avons du matériel d'isolement simple, mais pas adapté à un cas avéré d'Ebola. Où trouver le matériel, à qui s'adresser ?", s'interroge  le syndicat national des professionnels infirmiers SNPI-CFE-CGC dans un communiqué. Les syndicats de soignants dénoncent également une formation insuffisante aux protocoles de sécurité.

Il existe en France douze établissements de santé de référence : Bichat et Necker à Paris, Lyon, Lille, Strasbourg, Marseille, Bordeaux, Rennes, La Réunion, Rouen, Nancy et l'Hôpital d'instruction des armées Bégin à Saint-Mandé, près de Paris.

VOIR AUSSI