Crédits Photo : © Shutterstock / joel bubble ben

Tests antigéniques : que sait-on de ces tests rapides ?

La réalisation de tests antigéniques devrait améliorer le dépistage de la covid. Mais à qui sont-ils destinés, quand seront-ils disponibles et comment fonctionnent-ils ? On fait le point.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

"Dépister rapidement" pour "éviter des clusters". C'est la volonté de la ministre déléguée en charge de l’Autonomie, Brigitte Bourguignon, qui s'est engagée le 27 octobre à équiper tous les Ehpad français en tests antigéniques rapides dès la première semaine de novembre. Autorisés par la Haute autorité de santé (HAS), ces tests promettent des résultats "en 10 à 30 minutes".

A lire aussi : Tests PCR, salivaires ou antigéniques : mode d’emploi

Comment fonctionnent ces tests ?

Le prélèvement est réalisé, comme pour les tests PCR, dans les narines au moyen d’un long écouvillon.
Mais contrairement aux tests virologiques PCR, les tests antigéniques ne nécessitent pas d'analyse en laboratoire, car leur mécanisme est plus simple. Les premiers détectent le matériel génétique du coronavirus, alors que les seconds repèrent des protéines du virus.

Ils sont donc plus rapides : seulement 10 à 30 minutes, contre minimum 24 heures pour les tests PCR. Et la lecture de leur résultat est aussi plus simple puisqu’il s’agit d’une bandelette ressemblant aux tests de grossesse.

A qui sont-ils destinés ?

Les tests antigéniques restent moins fiables que les tests PCR, qui restent les tests de référence.

C’est pourquoi ils sont pour le moment réservés aux personnes symptomatiques dans les quatre jours qui suivent l’apparition des symptômes et à des "actions de dépistage à large échelle au sein de populations ciblées" à faible prévalence. Il s’agit par exemple des Ehpad, des universités, du personnel des hébergements collectifs, des entreprises ou des aéroports.

Quand seront-ils disponibles ?

Si ces tests sont promis depuis plusieurs semaines, il faut encore patienter avant de pouvoir les réaliser à grande échelle. Il va falloir "équiper" les pharmacies et praticiens, a justifié Olivier Véran lors de la conférence de presse qu’il a tenu avec le Premier ministre le 15 octobre 2020. Il faudra ensuite attendre "l'avis des autorités scientifiques" pour "envisager un déploiement généralisé dans les prochaines semaines", selon le ministère de la Santé interrogé par Libération.

Les premiers à en être équipés sont les aéroports français, désignés comme prioritaires par le Premier ministre Jean Castex. Depuis l'entrée en vigueur du reconfinement ce 30 octobre, des "tests rapides obligatoires" de la covid sont déployés pour tous les arrivants sur le territoire français qui ne pourront fournir une preuve de test négatif dans les 72 heures qui précèdent.

Et pour le grand public ? Olivier Véran a annoncé pouvoir "escompter que d’ici à quelques semaines, une personne qui de la fièvre avec des signes respiratoires puisse être testée directement chez son médecin s’il participe de ce déploiement des tests antigéniques ".

Combien de tests antigéniques seront disponibles ?

Pour l’heure, cinq millions de ces tests ont déjà été commandé, affirmait le 15 octobre le ministre de la Santé Olivier Véran. "Nous avions, sans attendre les validations scientifiques, commandé cinq millions de ces tests antigéniques qui sont d'ores et déjà déployés depuis plusieurs jours dans l'ensemble des régions françaises."

"Nous disposons désormais de toutes les recommandations de la HAS pour permettre aux hôpitaux, aux médecins libéraux, pharmaciens d’officine de réaliser directement ces prélèvements" a-t-il ajouté. "Cela ne remplacera pas les tests PCR et nous aurons toujours besoin de la filière de biologie", a enfin rappelé Olivier Véran.