Image d'illustration. Quartier général de Regeneron Pharmaceuticals à Tarrytown, New York. Crédits photo : Shutterstock / Lev Radin.
Image d'illustration. Quartier général de Regeneron Pharmaceuticals à Tarrytown, New York. Crédits photo : Shutterstock / Lev Radin.

Qu'est-ce que le Regeneron, le traitement anti-Covid sur lequel mise l'Allemagne ?

Le Regeneron, traitement administré à Donald Trump lorsqu’il avait contracté le Covid-19 arrive en Europe. L’Allemagne vient d’annoncer l’achat de 200.000 doses de ce traitement à base d’anticorps monoclonaux.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Le Regeneron arrive dans l’Union Européenne. L’Allemagne est le premier pays de l’Union à miser sur ce traitement à base d’anticorps, et dont l’ex-président américain avait vanté les mérites après sa sortie de l’hôpital. Mais comment fonctionne ce traitement, pas encore approuvé par les autorités de santé européennes ?

Un traitement par anticorps monoclonaux

Le traitement sur lequel mise l’Allemagne est un traitement par anticorps dit “monoclonaux”. Ces anticorps imitent la réaction du système immunitaire après la contamination par le coronavirus, en allant bloquer la pointe du virus, c'est-à-dire la partie qui lui permet de s'attacher aux cellules humaines et de les pénétrer.

Un protocole qui fonctionne “comme une vaccination passive", selon Jens Spahn, le ministre de la Santé allemand. "Administrer ces anticorps durant les phases initiales de l'infection peut aider des malades à haut risque à éviter une évolution plus grave" explique-t-il. 

En phase d’essai

Au moment où Donald Trump avait bénéficié du Regeneron, le traitement par anticorps n’avait pas encore été approuvé par la FDA, l’autorité de régulation du médicament américaine. Depuis, la FDA a autorisé la mise sur le marché de deux versions de ce protocole, celle produite par Regeneron, qui utilise une combinaison de deux anticorps de synthèse et une autre, fabriquée par le laboratoire Eli Lilly, qui fonctionne, elle, avec un seul anticorps.

Les États-Unis ont depuis commandé en masse des doses de Regeneron. Mais les autorités de santé européennes n’ont pas encore statué sur l’efficacité et la sécurité de ce traitement. Les premiers résultats d’un essai clinique concernant 275 patients s’étaient révélés encourageants.

Pour autant, on ne peut pas considérer le Regeneron comme le traitement miracle vanté par Donald Trump. L’Allemagne dit d'ailleurs vouloir l’utiliser à la marge, dans une approche au cas par cas, si les médecins la jugeaient appropriée pour prévenir "une maladie grave ou des hospitalisations parmi certains groupes à risque". 

Un plan B au vaccin ? 

La commande de l'Allemagne intervient sur fond de critiques grandissantes dans l'UE à propos de la lenteur des campagnes de vaccination et alors que Pfizer/BioNTech et AstraZeneca ont annoncé des retards de livraisons à court terme en Europe. De plus, la propagation des variants du coronavirus, dont le sud-africain, pourrait s’avérer résistant au vaccin, inquiète.

Regeneron affirme de son côté que son traitement reste efficace contre les variants, justement grâce à son cocktail de deux anticorps différents. Mais le traitement par anticorps représente un coût considérable de près de 2000 euros par doses. Pas sûr que ce soit une solution viable en cas d’échec des campagnes de vaccination. 

L’Allemagne dans le creux de la deuxième vague

L'Allemagne, qui a franchi vendredi la barre des 50.000 décès liés au Covid-19 avec plus de 2,1 millions de cas depuis le début de la pandémie, s'est doté de mesures draconiennes, qui vont encore être durcies. Restaurants, cafés, enceintes sportives et culturelles fermés depuis deux mois et demi, vont le rester jusqu'au 14 février au moins.

Les écoles et commerces non essentiels, fermés depuis le 20 décembre, sont également concernés. Berlin rend aussi obligatoire le port de masques médicaux FFP2 ou chirurgicaux, dans les commerces et tous les transports en commun. Enfin le télétravail s'imposera désormais partout où cela est possible et ce au moins jusqu'au 15 mars.