Pourquoi des transfusions de plasma pourraient sauver des malades du Covid

Le plasma des personnes guéries du Covid-19 pourrait aider les patients qui se trouvent dans un état grave à combattre le virus, selon une étude chinoise. Une piste de traitement qu’il faudra valider dans un essai clinique.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
Pourquoi des transfusions de plasma pourraient sauver des malades du Covid
Crédits Photo : © Ahmad Ardity / Pixabay

Traiter les patients souffrant du Covid-19 avec du plasma de personnes guéries, c'est possible ? Des médecins chinois de l’hôpital de Shenzhen ont expérimenté cette technique et publient leurs premiers résultats le 27 mars 2020 dans le Journal of the American Medical Association (JAMA). Selon cette étude, la transfusion de plasma est associée à une amélioration de l’état de santé des patients.

A lire aussi : La carte d'identité du coronavirus

Cinq patients dans un état critique

Pour cette recherche, les médecins ont recruté cinq patients (trois hommes et deux femmes), âgés de 36 à 65 ans, diagnostiqués positifs au Covid-19 et qui présentaient un syndrome de détresse respiratoire aiguë.

Tous les cinq se trouvaient dans un état critique, avec une pneumonie sévère, qui progressait rapidement et avec une charge virale élevée – la quantité de virus contenue dans un échantillon de fluide corporel donné – et ce malgré un traitement antiviral. Les scientifiques ont relevé leur données de santé entre le 20 janvier et le 25 mars 2020 et la transfusion de plasma a été administrée entre 10 et 22 jours après l’admission des patients à l’hôpital.

Ce plasma - c’est-à-dire la partie liquide du sang, sans les globules ni les plaquettes - avait été prélevé chez des patients rétablis après une maladie à Covid-19. Il est appelé "plasma de convalescent".

Des résultats encourageants

Résultat, après la transfusion, les médecins ont observé une amélioration de l’état clinique de leurs cinq patients : moins de fièvre, meilleur état des organes internes, baisse de la charge virale et amélioration de l’état pulmonaire.

Plus précisément, les lésions pulmonaires ont diminué entre un et trois jours après la transfusion et la charge virale a chuté dans les 12 jours. Neuf jours après la transfusion, quatre patients sur cinq n’avaient plus besoin d’assistance respiratoire. Enfin, au moment de la publication des résultats, les patients étaient soit dans un état stable, soit sortis de l’hôpital.

Donner le plasma pour donner les anticorps

Mais comment expliquer qu’une transfusion de plasma de convalescent puisse avoir un effet sur le Covid-19 ? Parce que c’est le plasma qui contient les anticorps, ces molécules fabriquées par l’organisme et spécifiquement dirigées contre un pathogène donné, comme un virus ou une bactérie, pour le neutraliser.

Des études précédentes ont d’ailleurs montré que l’usage de transfusion de plasma pouvait fonctionner contre des infections variées, par exemple contre le SRAS, un autre coronavirus, ou contre la grippe A (H1N1). Et pour cause : donner à un patient le plasma et donc les anticorps de patients guéris, spécifiques au coronavirus, pourrait aider son système immunitaire à s’en débarrasser et à faire chuter sa charge virale.

Seulement cinq patients et pas de groupe "contrôle"

Mais attention, cette étude ne valide pas encore cette technique pour le coronavirus. Déjà parce que le nombre de patients sur lequel elle s’appuie est très petit. Ensuite parce que ces patients n’étaient pas comparés à un groupe "contrôle", c’est-à-dire d’autres patients qui n’auraient pas reçu de transfusion.

Pour l’heure, en effet, rien ne prouve que l’état de ces patients ne se serait pas amélioré dans tous les cas, même sans la transfusion.
Il ne s’agit donc  que de "résultats préliminaires" qui "soulèvent la possibilité que la transfusion de plasma en phase de convalescence puisse être utile dans le traitement des patients gravement malades atteints de Covid-19 et d’un syndrome de détresse respiratoire aiguë", écrivent les auteurs de l’étude. 

Ces données doivent donc maintenant être validées par un essai clinique sérieux. Et c’est ce sur quoi travaillent les médecins chinois mais aussi, aux Etats-Unis, la FDA, l'administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments, qui travaille actuellement sur l’efficacité d’une transfusion de plasma pour soigner le coronavirus.