Elle diffuse des faux certificats médicaux pour ne pas porter un masque

Elle diffuse des faux certificats médicaux pour ne pas porter un masque

Une médecin anti-masque du Bas-Rhin a été suspendue pour une durée minimale de cinq mois par l’ARS. Elle avait écrit de faux certificats médicaux à remplir soi-même prétextant des contre-indications au port du masque.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Alors que la plupart des médecins s’accordent sur la nécessité de porter un masque dans les espaces clos, Eve Engerer ne partage pas cet avis. Cette médecin, adepte de la naturopathie, de l’homéopathie et de l’ « hypnose humaniste », se proclame anti-masque et anti-vaccin.

Selon France-Bleu Bas-Rhin, elle affirme aussi avoir guéri des malades du Covid-19 avec ces méthodes : « des vitamines, des huiles essentielles, etc… » Des propos qui lui ont valu une convocation le 14 avril par son président dans le Bas-Rhin, le Dr Jean-Marie Letzelter.

Ce président du Conseil départemental 67 de l’Ordre des Médecins a précisé à France Bleu qu’Eve Engerer serait « vue par trois experts, soit des médecins généralistes puisque c’est sa spécialité, soit des psychiatres. »

A lire aussi : Masque : de nombreuses fake-news

De faux certificats médicaux

La médecin a diffusé sur un groupe Facebook de faux documents certifiant des contre-indications au port du masque, où il suffit d’inscrire son nom. « C'est absurde, il peut y avoir des contre-indications, mais elles concernent quelques rares cas de personnes en insuffisance respiratoire grave et qui de toute façon ne sortent pas », assure Jean-Marie Letzelter.

Eve Engerer risque une sanction très lourde pour ses actes. L’ARS du Grand-Est pourrait la poursuivre pour charlatanisme, et a d’ailleurs déjà saisi la justice. Elle risque aussi la radiation et l’interdiction d’exercer la médecine.

A lire aussi : Port du masque : pourquoi tant de violence ?

Des médecins anti-masques ?

L’Ordre des Médecins du Bas-Rhin aurait reçu des signalements sur une dizaine de praticiens, qui inciteraient leurs patients à s’opposer au port du masque. Cette attitude semble risquée dans une région qui a été particulièrement touchée par l’épidémie à son apparition en France.

Mais les médecins anti-masque ne sont pas monnaie courante. En revanche, le discours anti-masque se développe de manière préoccupante sur les réseaux sociaux.