Covid : la Mayenne et la Nouvelle-Aquitaine sous surveillance

Le département de la Mayenne a dépassé le seuil d’alerte en terme de nouveaux cas par jour et la région Nouvelle-Aquitaine observe une évolution inquiétante de la propagation du coronavirus.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
Image d'illustration. Commune de Laval, en Mayenne, où le seuil d'alerte de nouveaux cas de coronavirus a été dépassé.
Image d'illustration. Commune de Laval, en Mayenne, où le seuil d'alerte de nouveaux cas de coronavirus a été dépassé.  —  Crédits Photo : © Shutterstock / Christian Musat

La mesure ne sera pas appliquée avant la semaine prochaine dans le reste de la France, mais l’obligation du port du masque dans les lieux clos recevant du public est déjà entrée en vigueur dans six communes de Mayenne.

Le département est en effet le lieu d’une augmentation inquiétante des cas de Covid-19 et une campagne de dépistage massif est en cours.

A lire aussi : Coronavirus : des signes de rebond de l'épidémie en France

Laval, Changé, Louverné…

Le préfet de la Mayenne, Jean-Francis Treffel, a ainsi signé mercredi 15 juillet au soir un arrêté, à effet immédiat, concernant Laval et cinq communes de sa périphérie : Bonchamp-lès-Laval, Changé, L’Huisserie, Louverné et Saint-Berthevin. "Une vigilance accrue s’impose en Mayenne pour réduire la circulation virale et éviter une nouvelle vague épidémique", explique le préfet, qui précise que "le périmètre de l’arrêté, la durée de son application dépendront de l’évolution de la situation sanitaire ainsi que des conditions d’entrée en vigueur de dispositions similaires envisagées au niveau national".

Un malade en Mayenne contamine 1,5 personne

La Mayenne a dépassé légèrement le seuil d'alerte avec 50,1 nouveaux cas pour 100.000 habitants détectés en sept jours. Le taux de reproduction (R) y est aux alentours de 1,50 contre environ 1,20 au niveau national, a souligné lors de la conférence de presse Jean-Jacques Coiplet, directeur général de l'Agence régionale de santé (ARS) des Pays de la Loire. Cela signifie qu’en Mayenne, un malade contamine en moyenne 1,5 personne.

Mais selon Jean-Jacques Coiplet, "il n'y a pas de fatalité et il n'y a pas de raison pour que la Mayenne n'ait pas des indicateurs qui ne baissent pas".

"Evolution inquiétante" en Nouvelle-Aquitaine

Plus au sud, la propagation du Covid-19 marque également une "évolution inquiétante" en Nouvelle-Aquitaine, région jusqu'ici très épargnée par le virus, met en garde l'ARS. Celle-ci a appelé la population à "se ressaisir et appliquer rigoureusement les gestes barrières".

Dans un communiqué, l'ARS Nouvelle-Aquitaine recense en effet 10 clusters alors que son précédent point de situation émis il y a moins d’une semaine n'en comptabilisait que trois dans cette région.

Un manque d’application des gestes barrières

Sur ces dix foyers, un seul se trouve dans un Ehpad, en Dordogne. Six, notamment à Bordeaux, Brive ou Châtellerault, sont liés à des "événements privés" comme des fêtes ou des mariages, et deux dans la Vienne sont issus d'un "réseau familial élargi".

Ces cas sont dus au "manque d'application des gestes barrières", souligne l'ARS, relevant que "la saison propice aux retrouvailles familiales et aux festivités diverses présente un contexte favorable à une reprise active de la circulation du virus en Nouvelle-Aquitaine, région, de surcroît, très touristique".

"La situation peut évoluer très rapidement"

L'ARS dit également redouter les retours de voyage à l'étranger et le rassemblement de travailleurs saisonniers dans une région très agricole, comme en témoigne un cluster à Parentis-en-Born (Landes).

La Gironde, le département le plus peuplé avec sa préfecture Bordeaux, est désormais en "vulnérabilité modérée", écrit l'ARS qui y relève une "évolution défavorable des indicateurs de santé" (nombre de cas positifs, nouveaux clusters, hausse d’activité de SOS médecins, nouvelles hospitalisations Covid) ainsi qu'une "baisse des mesures de protection prises par la population".
"Il s’agit là d'un signal d’alerte démontrant que la situation peut évoluer très rapidement" dans ce département, insiste l'agence.