Covid : la colchicine, un nouveau traitement efficace ?

Une étude québécoise affirme avoir découvert un traitement efficace contre les formes graves Covid. Toutefois, le Dr Benjamin Davido, infectiologue, appelle à la prudence : les résultats n'ont pas encore été publiés dans une revue scientifique.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Une étude clinique menée sur 4 488 patients affirme que la colchicine, un anti-inflammatoire, est efficace pour traiter le Covid et réduire les risques de complications liées à la maladie, a annoncé l'Institut de Cardiologie de Montréal (ICM). La colchicine est un puissant anti-inflammatoire utilisé pour le traitement de la goutte

Le traitement à la colchicine serait efficace pour prévenir le phénomène de "tempête inflammatoire majeure" et réduire les risques de complications liées au Covid-19, a expliqué à l’AFP le Dr Jean-Claude Tardif, directeur du Centre de recherche de l'ICM et chercheur principal de l'étude COLCORONA.

A lire aussi : Qu'est-ce que le Regeneron, le traitement anti-Covid sur lequel mise l'Allemagne ?

Des résultats à nuancer

Toutefois, d’après le Dr Benjamin Davido, il faut prendre garde à l’effet d’annonce. « Si les résultats scientifiques montrent un intérêt, tant mieux. Mais ils n’apporteront pas plus que les cortico-stéroïdes », des médicaments déjà utilisés pour traiter les formes graves de Covid, ajoute l’infectiologue.

L’infectiologue imagine que le fonctionnement de la colchicine doit rester proche de celui des corticoïdes. « Peut-être qu’on aura un effet de synergie entre les deux. Mais ces médicaments ne ciblent pas le virus mais la réaction immunitaire », précise le médecin.

« On a une meilleure arme »

En outre, la colchicine devient toxique à forte dose. « L’index thérapeutique est étroit », explique Benjamin Davido. Cela signifie que la dose toxique est très proche de la dose à laquelle la colchicine présente une efficacité.

Pour ce spécialiste, cette étude arrive trop tard. « Aujourd’hui, la problématique c’est d’empêcher que les malades se contaminent davantage que de soigner les formes graves. Pour cela, nous avons la meilleure arme, les vaccins, » affirme l’infectiologue.  D’après lui, ce n’est pas le cas seulement pour le Covid, mais aussi pour toutes les maladies virales : « Le vaccin est beaucoup plus pertinent. On utilise les antiviraux très rarement. » 

L’infectiologue recommande donc d’attendre la publication dans une revue scientifique avant de tirer des conclusions. « On ne peut plus se permettre de faire des commentaires sur des impressions et des communiqués. Nous n’avons plus jamais eu de nouvelles de la molécule étudiée par l’Institut Pasteur de Lille, le clofoctol », rappelle-t-il.