Covid : des mesures "beaucoup plus dures" à venir

Covid : des mesures "beaucoup plus dures" à venir

Les indicateurs de l’épidémie sont de plus en plus alarmants. S'ils continuent à grimper, le gouvernement pourrait prendre des mesures encore plus restrictives.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Le 22 octobre, 41.622 nouveaux cas de Covid ont été dépistés, soit 15.000 de plus que la veille. Un record depuis le lancement des tests à grande échelle, sur fond de nette dégradation des indicateurs.

Plus 40% de cas positifs en une semaine

Au niveau national, le nombre de personnes atteintes du Covid s'établit sur les sept derniers jours à 251 nouveaux cas pour 100.000 personnes, "c'est-à-dire une progression de 40 % en une semaine", a rappelé le chef du gouvernement jeudi 22 octobre.

Le taux de reproduction du virus se situe autour de 1,35, "ce qui concrètement signifie un doublement du nombre de cas en 15 jours", a-t-il précisé. Le taux d'incidence est notamment en hausse à Clermont-Ferrand (322 nouveaux cas pour 100 000 habitants), Tours (237) ou Nantes (194).

A lire aussi : Covid : couvre-feu en Ile-de-France et dans huit métropoles

‘’La situation est grave''

"La situation est grave" et la réponse concerne désormais les deux-tiers des Français : le couvre-feu sera étendu samedi à 38 nouveaux départements et à la Polynésie pour faire face à une circulation du virus "extrêmement élevée'', a annoncé Jean Castex.

 

Au total, 54 départements et 46 millions d'habitants sont désormais soumis à un couvre-feu nocturne qui, pour les nouveaux territoires, entrera en vigueur à minuit dans la nuit du 23 au 24 octobre, a précisé M. Castex.

Le couvre-feu "s'appliquera de 21h à 6h sur l'ensemble du territoire des départements concernés et, normalement, pour une durée de six semaines", a poursuivi le Premier ministre. Il a décrit des règles qui "seront les mêmes que pour les métropoles déjà placées en couvre-feu depuis samedi dernier", c’est à dire l'Île-de-France, Lille, Lyon, Marseille, Rouen, Grenoble, Saint-Etienne, Montpellier et Toulouse.

A lire aussi : Covid : l'espoir d'un médicament contre les formes graves

‘’Le mois de novembre sera éprouvant''

Dans l'Eurométropole de Strasbourg, qui frôle désormais le seuil d'alerte maximale, le taux d'incidence "double chaque semaine", constate l'Agence régionale de santé du Grand Est. Ce qui a conduit la mairie de la capitale alsacienne à renoncer à son traditionnel marché de Noël. Seules des animations seront maintenues, ainsi que le grand sapin sur la place Kléber.

"Il est trop tôt à ce stade pour mesurer les effets du couvre-feu, c'est la semaine prochaine que nous verrons s'il commence à réduire suffisamment la circulation virale", a encore prévenu Jean Castex. 

"Le mois de novembre sera éprouvant" et "le nombre de morts va continuer d'augmenter", a-t-il insisté. Quelque 165 décès de malades du Covid ont officiellement été enregistrés le 22 octobre.

A lire aussi : Covid : une plateforme pour recruter des soignants

La menace d'un reconfinement

Jean Castex a averti jeudi que si l'épidémie de Covid-19 n'était pas jugulée par la mise sous couvre-feu de 54 départements, "nous devrons envisager des mesures beaucoup plus dures".

"Il est encore temps de l'éviter mais il ne nous reste plus beaucoup de temps", a ajouté le Premier ministre sans autre précision, alors que plusieurs pays ont décidé des reconfinements face à la recrudescence du virus.