Covid-19 : où en sont les tests salivaires ?

Les tests salivaires pour détecter le Covid-19 pourraient être une solution pour désengorger les laboratoires surchargés de demandes de tests PCR.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Alors que les laboratoires sont saturés de demandes de tests PCR, le test salivaire EasyCov, pourrait constituer une alternative plus rapide et moins contraignante pour diagnostiquer la Covid-19. Cependant, la fiabilité de ce test développé par des chercheurs de Montpellier reste à démontrer, selon le président du conseil scientifique Jean-François Delfraissy.

Le professeur Delfraissy a jugé le 21 juillet sur BFMTV que ces tests présentent deux problèmes : « On ne sait pas encore la fiabilité du prélèvement salivaire par rapport au prélèvement naso-pharyngé, et deuxièmement on ne connaît pas la fiabilité de ces tests rapides couplés au prélèvement salivaire. »

Selon le président du conseil scientifique, l’efficacité du test n’est pas suffisante pour l’utiliser. « La sensibilité de ces tests n’est pas bonne », expliquait-il lors de la même interview. « Il y en aura d’autres versions. Je pense que d’ici fin août, ils seront disponibles. »

A lire aussi : Les délais pour les tests Covid-19 toujours trop longs

Un espoir pour tester plus efficacement

Le principe du test salivaire est simple : recueillir la salive du patient avec une pipette, puis placer la salive en contact avec un réactif dans un récipient chauffé. Les chercheurs de Montpellier affirment que le test EasyCov donne des résultats après une à deux heures. Ils sont donc beaucoup plus pratiques que les tests PCR car ils évitent la désagréable étape du prélèvement nasal, et donnent des résultats beaucoup plus rapidement, sans avoir besoin d'investir dans un matériel de laboratoire couteux pour l'analyse.

Dans de nombreuses situations, ces tests pourraient faire une vraie différence : « dans une pratique où les tests classique naso-pharyngé de laboratoire ne peuvent pas convenir », explique à France Inter Franck Molina, à la tête du laboratoire qui a mis ces tests au point. « C’est utile, par exemple, dans les aéroports parce que justement on peut avoir une réponse rapide et le test fait office de filtre de sécurité. »