CARTE - Covid : trois nouveaux départements sous surveillance renforcée

Pas-de-Calais confiné le week-end, 23 départements "sous surveillance" et "coup d'accélérateur sur les tests et la vaccination" : Jean Castex a défendu la stratégie gouvernementale face à l'épidémie lors de son point presse hebdomadaire.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
CARTE - Covid : trois nouveaux départements sous surveillance renforcée

"Le confinement n'est pas impossible, mais il n'est pas inéluctable", a martelé le chef du gouvernement lors d'une conférence de presse, en insistant sur la "contrepartie" d'un dépistage massif et de la vaccination.

"Nous ne sommes pas confrontés, en tous cas pas à ce stade, à une hausse exponentielle de l'épidémie, comme certains modèles le prévoyaient", a-t-il affirmé, en faisant valoir que "sur les sept derniers jours, le nombre de contaminations quotidiennes a augmenté de 1,4%, alors que ce même chiffre était de +14 % au cours de la semaine précédente".

A lire aussi : Covid : le littoral des Alpes-Maritimes reconfiné

Trois nouveaux départements en surveillance renforcée

Pour autant, Jean Castex, qui a refusé de "se satisfaire" de la situation, a indiqué que trois nouveaux départements (Hautes-Alpes, Aisne et Aube) sont placés sous surveillance renforcée, s'ajoutant aux vingt déjà sous ce statut depuis une semaine. Dans toutes ces zones, les centre commerciaux non-alimentaires de plus de 10.000 m2 seront fermés.

Le Pas-de-Calais sera par ailleurs confiné dans son intégralité le week-end, à partir de ce samedi, 06H00, et seules les grandes surfaces de moins de 5.000 m2 y seront ouvertes. Les agglomérations de Nice et Dunkerque (Nord) connaissent déjà ce sort depuis la semaine dernière. Comme prévu, Paris, l'Ile-de-France et Marseille y échappent, au moins pour l’instant.

Accélérer la vaccination

En appelant à un "coup d'accélérateur" sur la vaccination, le Premier ministre a indiqué que "nous devrions avoir vacciné au moins 20 millions de personnes" d'ici mi-mai, soit tous les plus de 50 ans volontaires, en estimant que "d'ici l'été, nous aurons reçu suffisamment de doses pour avoir proposé la vaccination à 30 millions de personnes, soit les deux tiers de la population de plus de 18 ans".

Quelque 3,2 millions de personnes ont pour l'instant reçu une première injection, et plus de 1,7 million ont été vaccinées avec deux doses.

Pour donner un coup d'accélérateur, un total de 135.000 nouvelles doses seront allouées aux 23 départements prioritaires, dont 12.000 à Nice et 11.000 à Paris ce week-end dans une opération flash, ont précisé les deux mairies.

A lire aussi : Covid : Faut-il obliger les soignants à se faire vacciner ?

Vaccination des soignants

Le Premier ministre a en outre appelé "solennellement" les personnels des résidences pour personnes âgées à se faire vacciner "très rapidement", en déplorant que "trop d'entre eux ne l'(aient) pas encore fait", afin de permettre le retour d'"une vie sociale apaisée" dans ces établissements.

De même le Premier ministre a enjoint les soignants, "médecins, infirmiers, sages-femmes, aides-soignants, aides à domicile", à se faire vacciner, alors que seul un tiers d'entre eux s'y est aujourd'hui astreint. 

Quitte à rendre leur vaccination obligatoire, tel que réclamé par certains médecins ? "Si (l'incitation) ne suffisait pas, alors nous pourrions envisager une saisine du Conseil consultatif national d'éthique qui serait fondé à nous dire s'il faut aller au-delà", a prévenu le ministre de la Santé, Olivier Véran.

Interrogé quant à d'éventuelles flacons commandés par des médecins de ville qui ne seraient pas entièrement utilisés, M. Véran a expliqué que "la règle d'or est de ne jamais jeter le vaccin quand on peut vacciner quelqu'un", en précisant que, le cas échéant, le soignant peut faire preuve de "souplesse" et vacciner un patient non-prioritaire.

Retour à la normale

Le Premier ministre s'est en revanche montré prudent quant à un possible "retour à une vie plus normale", tel qu'esquissé le 3 mars par le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, qui avait évoqué "peut-être dès la mi-avril".

"C'est un combat collectif: si les Français veulent que nous puissions nous affranchir, il faut déployer la vaccination et il faut aussi qu'ils respectent les règles", a sommé le locataire de Matignon. Sans évoquer quelque "pass sanitaire" imaginé par l'Elysée depuis plusieurs jours. 

Jeudi soir, la France comptait lors des dernières vingt-quatre heures 295 morts du Covid-19, 293 nouvelles admissions dans les services de réanimation et 1.538 nouvelles admissions à l’hôpital.