Palais fédéral de Suisse à Berne ©mapman
Palais fédéral de Suisse à Berne ©mapman

Covid : la Suisse envisage de ne plus "protéger" les non vaccinés

Alors que la campagne vaccinale ralentit en Suisse, le Conseil fédéral a annoncé que les mesures sanitaires “serviront désormais à protéger les structures hospitalières et non plus la population non vaccinée”.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Protéger les hôpitaux et non plus les personnes réticentes à la vaccination. C'est la volonté du Conseil fédéral Suisse. Dans un communiqué de presse publié le 11 août, l'exécutif considère "que toutes les personnes qui souhaitent se faire vacciner ont pu le faire.

Ainsi, le gouvernement dit ne plus vouloir faire peser les restrictions sur la population vaccinée : “un dispositif de mesures strictes n’est plus adapté, car il limiterait trop les personnes vaccinées et guéries dans leurs activités sociales et économiques.

L'exécutif tient également à rappeler que sans vaccination, “une hausse des infections, des hospitalisations et des décès est inévitable.”

Inciter à la vaccination

Ces annonces sont faites dans un contexte de ralentissement de la campagne vaccinale. En effet, seulement 50 % des Suisses ont une vaccination complète, et 55 % ont reçu une première dose.

Selon l'exécutif, la “courbe des primovaccinations ne progresse (...) quasiment plus depuis le 11 juillet

Comme son voisin français, les tests de dépistage payants deviendront payants. La décision sera appliquée à partir du 1 er octobre (sauf prescription médicale ou pour les enfants).

A lire aussi : Covid : à partir de la mi-octobre, il faudra payer son test de dépistage

Depuis le début du mois de juillet, la Suisse connaît une augmentation des cas de Covid. Alors que le nombre de contaminations était redescendu à 100 par jour, au 11 août, il passe à plus de 1000 par jour.