Le CHU de Bordeaux condamné pour avoir transfusé une Témoin de Jéhovah

En 2016, une Témoin de Jéhovah a été transfusée trois fois sans son consentement lors d’une opération alors que sa vie était menacée. Le CHU de Bordeaux vient d'être condamné à lui verser plusieurs milliers d'euros.

Mathieu Pourvendier avec AFP
Rédigé le
Mouvement fondé dans les années 1870 aux Etats-Unis par Charles Russell, les Témoins de Jéhovah considèrent que le sang est sacré.
Mouvement fondé dans les années 1870 aux Etats-Unis par Charles Russell, les Témoins de Jéhovah considèrent que le sang est sacré.  —  shutterstock

Transfusion de sang, Témoin de Jéhovah, consentement et vie menacée, c’est cette complexe équation qui s’est jouée au Tribunal de Bordeaux en appel. Finalement, le CHU de Bordeaux devra verser plusieurs milliers d'euros à une patiente Témoin de Jéhovah, pour avoir eu recours à une transfusion sanguine contre son consentement lors d'une opération en 2016, selon un arrêt de la cour administrative d'appel.      

4 000 euros de réparation

La patiente, membre des Témoins de Jéhovah, qui refusent les transfusions sanguines pour des raisons religieuses, avait reçu trois transfusions entre le 29 février et le 2 mars 2016 lors d'une ablation de la vésicule biliaire "menaçant la vie de l'intéressée", malgré son refus du traitement prononcé à plusieurs reprises.   

Le tribunal a condamné le CHU de Bordeaux à verser la somme de 3 000 euros en réparation "de son préjudice moral et des troubles dans ses conditions d'existence" et 1 000 euros au titre d'un défaut d'information.

La troisième transfusion est fautive

Pour la Cour, "l'hôpital n'a pas commis de faute en procédant aux deux premières transfusions" réalisées alors que la patiente subissait une hémorragie interne, car "le respect de la volonté de la patiente mettait sa vie en danger", indique le tribunal dans un communiqué jeudi 20 octobre.      

Mais la troisième transfusion, administrée le surlendemain de l'opération, "après une sédation non consentie", est "fautive car la patiente avait repris connaissance et signifié de nouveau son refus d'être transfusée", ajoute la Cour.      

À lire aussi :  Stocks de sang insuffisants : comment les hôpitaux épargnent leurs réserves

Le sang est sacré pour les Témoins de Jéhovah

Mouvement fondé dans les années 1870 aux Etats-Unis par Charles Russell, les Témoins de Jéhovah se considèrent comme les seuls à restituer un christianisme des origines. Ils sont régulièrement accusés de dérives sectaires pour leurs préceptes rigoristes.      

En effet, ces derniers refusent la transfusion sanguine car, pour eux, le sang est considéré comme sacré. Sur leur site jw.org , les Témoins de Jéhovah s'expliquent : "tant l’Ancien que le Nouveau Testament commandent de s’abstenir de sang (Genèse 9:4 ; Lévitique 17:10 ; Deutéronome 12:23 ; Actes 15:28, 29). De plus, aux yeux de Dieu, le sang représente la vie (Lévitique 17:14)". En 2020, ils seraient environ 8,5 millions dans le monde et 130 000 en France.       

Une transfusion sanguine pour traiter l'anémie  —  Le Magazine de la Santé

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !