1. / Grossesse - Enfant
  2. / Grossesse
  3. / IVG

Europe : certains pays interdisent encore l'avortement

Frances Fitzgerald, ministre de la Justice irlandaise, s'est officiellement prononcée, à l'occasion de ses voeux, en faveur d'une modification de la législation sur l'avortement dans son pays, l'un des plus stricts d'Europe. Toutefois d'autres pays européens continuent d'interdire l'accès à l'avortement. Les explications avec Géraldine Zamansky, journaliste du Magazine de la santé.

Rédigé le , mis à jour le

Europe : certains pays interdisent encore l'avortement

En Irlande, le droit à l'avortement concerne bien la justice, même si cela peut surprendre, car l'avortement est considéré comme un crime pour la femme qui le choisirait comme pour les médecins et les personnes qui l'aideraient. Les peines pouvant aller jusqu'à 14 ans de prison. Un anachronisme très bien illustré par une campagne d'Amnesty International.

Dans la vidéo d'Amnesty International, un fantôme représente la loi contre l'avortement, particulièrement dangereuse pour les femmes depuis 1983. À l'époque, un amendement de la constitution a alors établi que le droit à la vie de l'enfant à naître est au moins égal, voire supérieur, au droit à vivre de sa mère. Il faut vraiment que la vie de la mère soit en danger à cause de la grossesse pour que l'avortement soit autorisé. Mais parfois, les médecins ont tellement peur d'être condamnés qu'ils attendent trop longtemps avant d'engager l'intervention.

Les pro-avortement se mobilisent en Irlande

Mais de plus en plus de voix s'élèvent contre cette législation qui condamne l'avortement. Avant Noël, naît le projet "X-ile". Un groupe de femmes dénonce l'exil auquel sont ainsi forcées les Irlandaises. Et leur nom rend aussi hommage à la jeune fille du cas "X", dont le combat a permis d'améliorer un peu la situation en 1992.

La Cour suprême a été saisie par des parents dont la fille de 13 ans, donc protégée par l'anonymat (X), était enceinte à la suite d'un viol. Elle voulait mettre fin à ses jours si on l'obligeait à poursuivre sa grossesse. La Cour suprême a alors élargi le droit à l'avortement aux cas de risque de suicide de la mère. Et quelques mois plus tard, un référendum a validé cet arbitrage. Il a aussi rendu légal le fait de se rendre à l'étranger pour avoir une IVG.

Avorter à l'étranger reste tabou

Si les autorités n'interdisent plus les avortements hors des frontières, ils restent très tabous. L'idée du groupe X-ile, c'est justement de lever le voile sur cette réalité qui a concerné 25.000 Irlandaises entre 2010 et 2014. Sur la page d'accueil du site Internet du X-ile project, onze femmes ont eu le courage de montrer leur visage en affirmant qu'elles ont dû quitter leur pays pour avorter.

Parmi ces femmes, il y a Rosin Ingle. Rosin Ingle tient une chronique très personnelle dans le Irish Times. Mais elle n'avait jamais parlé de son avortement jusqu'à présent. Rosin s'est retrouvée confrontée à une grossesse non désirée peu avant ses 30 ans, après un divorce. Aujourd'hui, elle souhaite en parler pour faire changer les choses. Pour que ses filles n'aient pas à quitter leur pays si elles devaient faire le même choix. Rosin sait qu'elle va perdre des lecteurs, recevoir des courriers d'insultes... mais elle considère que le moment est venu de faire front et d'affirmer qu'elles ne sont pas des criminelles.

Contourner la loi pour avorter

Un avortement à l'étranger coûte entre 500 et 1.700 euros. Alors celles qui n'en ont pas les moyens se mettent parfois en danger. Heureusement, des ONG leur viennent en aide. C'est le cas d'Amnesty International, mais aussi de "Women on waves", littéralement "Les femmes sur les vagues", qui a notamment mené plusieurs campagnes au large de l'Irlande, leur premier lieu d'action. Il s'agissait d'avortements médicamenteux sur un bateau de l'association en eaux extraterritoriales pour contourner la législation nationale.

Cette ONG a désormais une petite soeur. Il s'agit de "Women on web", les femmes sur le web. Les médecins et les bénévoles des deux structures s'organisent surtout pour permettre l'accès aux pilules abortives au maximum de femmes qui souhaitent interrompre leur grossesse à travers le monde entier. Le plus souvent, elles organisent des consultations via Internet en seize langues. Si besoin, elles envoient gratuitement le traitement par courrier. Et comme elles utilisent tous les progrès techniques, elles ont aussi testé les drones.

En Pologne, l'envoi des précieux comprimés se fait ainsi depuis la frontière allemande. La Pologne est un autre pays qui condamne l'avortement. Cet accès à de véritables comprimés est crucial dans ce pays où fourmillent des vendeurs de faux comprimés, y compris sur Internet.

Une situation préoccupante en Pologne

La situation en Pologne est aussi préoccupante qu'en Irlande. Wanda Novicka, une des fondatrices du planning familial polonais, est très inquiète. Car en 1992, le droit à l'avortement a été limité aux cas de viol, d'inceste, de danger pour la vie de la mère ou de malformation grave du foetus. Mais il n'est pas respecté. La Pologne a d’ailleurs déjà été condamnée sur ce sujet deux fois par la Cour européenne des droits de l'Homme. En 2007, la Cour a jugé le gouvernement coupable de ne pas avoir garanti à Alicia Tysiac son droit d'interrompre sa grossesse alors que celle-ci entraînait pour elle une grave perte de vision.

En 2011, la Cour a estimé que la Pologne avait laissé son corps médical infliger un traitement inhumain et dégradant à une jeune mère. Tout un groupe de médecins l'ont en effet empêchée d'accéder à temps au test génétique qui lui aurait permis d'avorter... car son enfant souffrait d'une grave malformation. Déjà catastrophique, la situation risque de s'aggraver puisque la nouvelle majorité pourrait bientôt voter une loi encore plus restrictive.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus