IVG : que penser de la suppression du délai de réflexion ?

Pour la même grossesse, j'ai connu les méthodes médicamenteuses (échec) puis chirurgicales. Je trouve le délai de réflexion trop court et le regrette. Curieuse cette idée de supprimer le délai de réflexion avant une IVG. Pour des actes autrement plus banals (des achats), ce délai de réflexion est obligatoire.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Les réponses avec le Dr Sophie Gaudu, gynécologue-obstétricienne, et avec Véronique Séhier, co-présidente du Planning familial :

"La plupart des femmes trouvent ce délai de réflexion trop long. Il va d'ailleurs disparaître puisque le Sénat a voté un amendement en ce sens, la disparition du délai de réflexion."

"Il est important de considérer qu'une femme qui décide d'avorter, sait réfléchir par elle-même et elle n'a pas besoin qu'on lui impose le délai de réflexion. Elle peut se l'imposer elle-même, elle peut décider par elle-même du moment où elle a envie d'avorter."

"Certaines femmes ont besoin de 48 heures voire moins, et certaines auront besoin de quinze jours. C'est vraiment le cheminement de chacune et le délai de réflexion à l'heure actuelle n'était plus qu'un élément de plus de la complexité du parcours et des obstacles.

"Quand une femme vient pour une IVG, en général elle a déjà réfléchi. Elle a déjà pris rendez-vous, elle a déjà vu son médecin…"

"Il est important qu'on lui explique les délais d'avortement, c'est-à-dire qu'elle a le temps de réfléchir. Douze semaines de grossesse, ce n'est pas rien."