Pollution : quand la lumière impacte notre santé

L'exposition à la lumière artificielle n'est pas sans risque pour notre santé. Explications.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

La nuit noire est-elle condamnée à disparaître ? Une chose est sûre, la pollution lumineuse continue de s'étendre et l'exposition croissante à l'éclairage artificiel a des effets insoupçonnés sur notre santé.

La nuit tombe, elle garde sa part de mystère mais son charme ténébreux a disparu... Fini l'obscurité totale ! Partout sur la planète, l'éclairage public a explosé. Plus 94% en 25 ans. Un crépuscule permanent et paradoxal. La lumière artificielle a complètement absorbé l'obscurité, au risque de dérègler notre horloge biologique. Réveil, téléphone, veilleuses, ordinateurs, tablettes... La pollution lumineuse s'est même introduite dans notre chambre, cette sacro-sainte chapelle du sommeil. De quoi détraquer un peu plus notre horloge biologique.

À lire aussi : Horloge biologique : métronome du corps

Notre horloge biologique est située au coeur du cerveau, dans une petite partie de l'hypothalamus. Elle orchestre nos phases d'éveil et de sommeil, les variations de température de notre corps et la sécrétion de certaines hormones. C'est l'alternance de la lumière et de l'obscurité qui la synchronise sur un rythme de 24 heures appelé rythme circadien. Par exemple, quand la nuit tombe, la rétine capte l’information et la transmet via les nerfs optiques au cerveau qui déclenche alors la sécrétion de la mélatonine, l'hormone du sommeil. "La désynchronisation de l'horloge biologique, et particulièrement le fait que l'on soit exposé à la lumière la nuit, fait qu'on va réduire la sécrétion de mélatonine un peu comme ce qu'on observe chez les travailleurs de nuit", explique le Dr Arnaud Metlaine, médecin du sommeil.

Une faible intensité lumineuse suffit à perturber notre cycle de sommeil. Et cela n'est pas sans conséquence sur notre santé : "On peut avoir des complications métaboliques comme la prise de poids, des complications cardiovasculaires, des complications à très long terme, si on a vraiment une surexposition...", précise le Dr Metlaine. Nos yeux ne sont pas non plus épargnés. Les LED, omniprésentes, et leur lumière bleue, très énergisante, entraînent un "stress oxydatif", autrement dit un vieillissement de la rétine. Il est donc recommandé de lire les étiquettes et savoir quel type de lampe on achète.

À lire aussi : Pollution lumineuse : le gouvernement condamné pour son inaction

Les données scientifiques manquent encore aujourd'hui pour évaluer les effets de la pollution lumineuse sur l'organisme. Un danger jusqu'à présent négligé. En avril 2018, le Conseil d'Etat a condamné le gouvernement pour son manque d'action dans la lutte contre la pollution lumineuse. Il a désormais huit mois pour prendre des mesures.